Un service «RGPD» sur mesure pour les entreprises

Un service «RGPD» sur mesure pour les entreprises

Né dans le chaos administratif généralisé le 25 mai 2018, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) nourrissait l’ambition des textes qui marquent l’Histoire. A défaut de Silicon Valley, l’Europe plaçait le respect de la vie privée au rang de valeur suprême. Une norme, disait-elle, vertueuse, capable d’infléchir le business model des géants de la tech qui avaient transformé les données personnelles en or noir de la nouvelle économie.

La règle était claire : les citoyens ont (quasi) tous les droits sur le sort réservé à leurs informations privées. A charge pour les entreprises, les administrations, les institutions, les associations, les commerces, les hôpitaux, de mettre en place les dispositifs de contrôle, de protection des données de leurs utilisateurs, clients, membres, patients… C’est parfois un véritable fardeau de se conformer au RGPD pour un entrepreneur qui se lance. Le premier devoir consiste à dresser « la cartographie » des données, soit un registre qui précise leur origine, le traitement appliqué, l’endroit où elles sont stockées, si elles ont été approuvées par le client, si elles sont partagées avec d’autres entreprises ou intermédiaires… Il faut ensuite réaliser une analyse des risques (quelles sont les données sensibles ? Sont-elles sécurisées ? Existe-t-il des risques de fuites ?…), organiser les processus internes pour garantir la protection de ces données et documenter la conformité (en ce compris tous les contrats avec les sous-traitants). Chaque entité doit également désigner un « pilote » (le DPO, soit le Délégué à la protection des données), sorte de responsable de la sécurité et l’hygiène dédié à la « data ».

Pas toujours évident pour de petites structures d’appliquer toute la procédure alors que la collecte de données peut se révéler primordiale pour faire évoluer le business ou rendre des services efficaces. Dès lors, une vingtaine de communes et une vingtaine de CPAS wallons ont confié à Privanot la gestion de ces paramètres. Ayant organisé le plan d’action « GDPR » pour les études notariales, Privanot en profite pour élargir son activité en proposant son expertise au monde extérieur. Une façon d’effectuer des synergies et de réduire les coûts IT et juridiques. « Ce qui est élaboré pour une organisation dans un secteur particulier est ensuite utilisé pour aider d’autres acteurs du même secteur », confirme Aurélie Van Der Perre, la teammanager. D’autres cabinets de consultants proposent ce même type de services sur le marché, comme Dataproof ou RGPD Consulting.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le président Kaïs Saïed, sous bonne protection, salue ses partisans, le 26 juillet dernier dans l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis.

    Tunisie: Kaïs Saïed se lance dans la chasse aux corrompus

  2. 10935536-167

    JO 2020: Nina Derwael 6e du concours général de gymnastique, Sunisa Lee championne olympique

  3. A certains endroits, ce ne sont pas les zones rouges répertoriées qui ont été les plus impactées.

    La carte des zones inondables au centre des débats

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite