Accueil Belgique Politique

Recours en urgence contre de nouvelles licences d’exportation d’armes wallonnes à l’Arabie saoudite

En toute discrétion, le ministre-président wallon a accordé six nouvelles licences d’exportation d’armement. Les ONG craignent que ce matériel soit utilisé au Yémen. Elles ont déposé mercredi des recours en extrême urgence au Conseil d’Etat.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Mercredi 15 juillet, les ONG Ligue des Droits humains, Coordination nationale d’action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) ainsi que Vredesactie, épaulées par Amnesty International Belgique, ont demandé au Conseil d’Etat qu’il suspende en extrême urgence six licences récemment octroyées par le ministre-président wallon Elio Di Rupo afin d’autoriser l’exportation d’armement vers l’Arabie saoudite. Alors que ce pays est à la tête d’une coalition d’armées (Emirats arabes unis, Jordanie, Bahreïn…) engagée depuis 2015 dans le conflit au Yémen au prix de nombreuses violations du droit international et du droit humanitaire. L’enquête BelgianArms, menée en mai 2019 par Le Soir et plusieurs partenaires, au même titre que des recherches menées par des ONG, ont d’ailleurs démontré que Ryad fait usage des armes et technologies achetées à l’étranger pour ses opérations terrestres et militaires au Yémen.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Denoel Paul, samedi 18 juillet 2020, 22:38

    Si au lieu de plaider ce qui serait équitable,il serait utile que les ONG plaignantes accompagnent leurs dossiers en justice avec les conséquences pour l'emploi,en citant avec courage les noms ,prénoms et adresses des personnes qui perdront leurs emplois. De cette manière ,nous verrons les conséquences citoyennes de leurs plaintes. J'ai deux parents qui travaillent chez "John Cockerill" faut il que je prévienne leur enfants?

  • Posté par Gabriel Jacqueline, vendredi 17 juillet 2020, 18:26

    Plutôt que de vous traiter de petits noms d'oiseaux, ne serait-il pas préférable de remettre ce problème de vente d'armes dans les mains de l'Union Européenne qui, je pense, devrait se créer une armée européenne. Penser qu'il n'y aura plus de guerres est utopique et quoique l' on en pense, il n'y a pas que l'Arabie qui serait prête à nous foncer dessus, hélas! Je préférerais penser le contraire.... mais ....

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 17 juillet 2020, 12:51

    Je me souviens des critiques du MR sur la livraison d'armes notamment de Mrs Crucke et Borsus quand ils étaient dans l'opposition. Aujourd'hui, on n'entend plus le même discours. Populisme?

  • Posté par Biot Philippe, vendredi 17 juillet 2020, 11:27

    Si on fabrique un produit c'est pour le vendre. Vous voulez aller expliquer aux ouvriers de ces usines, au Sud comme au Nord, que vous voulez fermer leur entreprise? Vous allez leur laisser votre emploi?

  • Posté par LAURENT Christian, vendredi 17 juillet 2020, 23:23

    On ne parle pas de fermeture, mais de reconversions, qui auraient dû être entamées depuis longtemps!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs