Accueil Société

Coronavirus: comment déchiffrer les chiffres publiés par Sciensano

Des voix s’élèvent contre la façon dont l’institut présente les chiffres de suivi de l’épidémie. Moyenne sur 7 jours, évolution journalière, quelle est la meilleure façon de présenter les choses ?

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Il suffit que les infections repartent à la hausse pour que la tension monte elle aussi d’un cran. Jeudi, c’est Sciensano qui en a fait les frais. L’autorité sanitaire belge, en charge de compiler les statistiques du coronavirus, s’est attiré une nouvelle salve de critiques. En cause : la nouvelle façon dont leur « bulletin épidémiologique » est présenté. D’abord parce qu’il n’est plus diffusé les dimanche et lundi, pour permettre au personnel de souffler. Puis surtout parce qu’il met l’accent sur des tendances, via des moyennes sur 7 jours, alors que Sciensano publiait par le passé un rapport plus détaillé avec la hausse journalière de chaque indicateur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Andre Georges-marc, vendredi 17 juillet 2020, 13:59

    Un cas détecté sur 100.000 personnes qui résident en Belgique (115 infections par jour pour 11.500.000 habitants). Les statistiques sont froides, elles ne tiennent pas compte de la dimension humaine de chaque perte, même si celles-ci concernent des nonagénaires souffrant logiquement d'autres problèmes de santé, mais les statistiques sont là. Nous avons bloqué toute notre vie pendant tous ces mois pour une pandémie qui aurait coûté la vie (de façon exagérée car tout décès inconnu a été mis sur le compte de la pandémie!) à 10.000 personnes en Belgique (1 personne sur 1.150) à comparer avec les décès normalement enregistrés sur des périodes identiques sans COVID-19. De grâce, laissons les médecins praticiens et non "les experts" se charger du problème et arrêtez de flanquer la trouille à nombre de personnes qui auront difficile à s'en remettre.

  • Posté par BYL Baudouin, vendredi 17 juillet 2020, 13:25

    Il est utile d'être encore un peu plus explicite: pour rentrer des données pendant le week end, beaucoup d'hôpitaux aigus ont du faire revenir du personnel supplémentaire le week end (ce n'est pas si simple de compiler toutes ces données tous les jours et cela prend beaucoup de temps). Cela avait donc beaucoup de sens de tout rentrer le lundi en rentrant successivement les chiffres du samedi, du dimanche et du lundi au moment où l'épidémie était en décroissance importante. S'il y a moins de cas le week end, c'est aussi en partie lié au fait que assez logiquement certains frottis "non urgents" c'est à dire chez des patients ne requérant pas de prise en charge médicale , ne sont pas fait le week end, car les services de prelevements "de routine" sont tout simplement fermés le week end! Enfin, le procès fait à Sciensano n'est pas "un peu injuste" il est tout à fait injuste! Les personnes concernées savent très bien que toutes les données sont disponibles sur leur site, et les consultent abondamment. On ne peut que s'étonner par contre que par exemple un ex-porte parole fédéral, lui, ne semble pas au courant ;-)

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 17 juillet 2020, 11:12

    Ces gens doivent tous être sur les rotules. Fatigués aussi sans doute et aussi sous pression permanente. Inutile d'en rajouter.

  • Posté par De Ronde Michel, vendredi 17 juillet 2020, 10:47

    "Le procès fait ici à Sciensano est un peu injuste" ? Il est carrément injuste !

  • Posté par MONSIEUR MARC, vendredi 17 juillet 2020, 10:39

    Ahurissant de constater que le meilleur moyen de voir l'évolution est de rapporter les cas positifs détectés au nombre de tests et qu'aucun "scientifique" ne s'y intéresse pour tirer ses doctes conclusions et conseils . Aucune stat n'a de sens sans une relation à l'échantillon. Et en plus , que se passe-t-il pour ces malheureux /malchanceux. Ilsne vont manifestement pas à l'hopital ou là, les cas diminuent !!! Essayons d'être clair avant de conclure svp.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs