Accueil Belgique Politique

Ecolo, assis entre deux sièges: négocier ou choisir l’opposition

Le PS a dit sa disponibilité à négocier. Ecolo doit-il l’imiter ? Rien n’est moins sûr tant les arguments sur le sujet sont partagés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

La politique a elle aussi sa tectonique : si une plaque bouge, les autres suivent. La décision du PS d’ouvrir des pourparlers avec la N-VA dégage un espace pour Ecolo. Soit celui-ci choisit de rejoindre les socialistes à la table des discussions, soit il réaffirme son exclusive à l’encontre des nationalistes flamands. Les deux formules offrent des avantages. Et de sérieux inconvénients.

Participer…

Le principal motif qui devrait pousser les verts à s’engager dans des pourparlers, c’est l’urgence climatique. Ceux-ci ne cessent de dire, en écho au monde scientifique, qu’il reste une dizaine d’années pour limiter le réchauffement du climat et l’impact que celui-ci aura sur l’environnement. Comment justifier que dans un tel contexte, les écologistes choisissent de rester au balcon fédéral durant cinq années ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 19 juillet 2020, 17:39

    Ecolo est un parti parasite, issu de la fragmentation de la gauche, au substrat idéologique (plutôt que de consensus ou de réforme pragmatique) et dont l'encadrement est essentiellement composé du même type d'agitateurs professionnels que les partis extrémistes de gauche comme de droite. La vocation intrinsèque d'Ecolo à se faire mousser via un levier de pouvoir qu'ils tiennent pour acquis (l'environnement, l'écologie, le climat ...) et qu'ils pensent pouvoir monopoliser, des positionnements psychorigides et paradoxalement contradictoires pcq issus de leur idéologie (toujours antinucléaires à l'heure de la décarbonisation de l'économie ...) ainsi que la réminiscence de ténébreuses racines profondes au travers de certaines de leurs positions (décroissance, anticapitalisme, ...) en font un parti totalitaire, à vocation d'opposition, incapable de produire un projet pérenne moderne et novateur (sinon complètement utopique et totalitaire ...) ... ou d'être constructif en soutenant ce que d'autres proposent. Enfin, des illusionnistes comme un Nollet, grand spécialiste de l'agitprop, ne font qu'aggraver le malaise. À l'heure où la Belgique a besoin d'un gouvernement plutôt que d'un cirque, mieux vaut grader Ecolo dehors que dedans ... sinon, autant prendre le PTB.

  • Posté par Neo Con, dimanche 19 juillet 2020, 13:27

    Simplement se dissoudre.

  • Posté par DEWEZ Gabriel, dimanche 19 juillet 2020, 12:42

    Appeler écologistes les membres d'ECOLO, ce sont des usurpations de titre et qualité. Restons-en s'il vous plaît à écolo!

  • Posté par Mertens Adrien, dimanche 19 juillet 2020, 11:25

    Un peu de réalisme suffira. Laisser une majorité de partis de droite inféodés aux intérêts des grands groupes financiers ne fera rien pour améliorer ni notre bien-être particulier ni celui de nos enfants. Et donc participer serait le bon choix. le problème c'est l'opacité des tractations. On voit bien que ce mode de négociation ne donne rien depuis des mois. Un peu facile de dire publiquement le contraire de ce qu'on a dit en coulisses... Alors essayons donc la transparence. Des réunions retransmises en direct, cela nous donnera un éclairage sur ces enjeux cachés ou prétendus. Et puis, pour marcher il faut idéalement du gauche-droite, pas boitiller sur une jambe. NVA et son fidèle compagon le CD&V sont incontournable, soit. Il est donc urgent de débarqure les autres partis de droite pour équilibrer; désolé mais MR et VLD pourront toujours repasser au cycle suivant.

  • Posté par Nadine Heymbeeck, dimanche 19 juillet 2020, 10:34

    Sur la gauche, c'est pas cette dame qui en parlant de la population Belge, "de blanc" ? C'est pas cette dame qui différencie les Belges, selon la couleur de la peau ? La dame n'est elle pas vice-présidente du parti écolo ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs