Accueil Opinions Cartes blanches

«Cachez ce foulard...»

« Ça faisait longtemps, tenez, qu’on n’avait pas parlé du foulard. La pandémie nous aura jusqu’ici épargné le sempiternel débat estival sur le burkini (comme quoi, à quelque chose malheur est bon) mais début juin, l’arrêt de la Cour constitutionnelle concernant le port du foulard dans l’enseignement supérieur est venu nous rappeler qu’une année, même horribilis, n’est pas vraiment une année si le foulard ne fait pas l’actualité. » Une carte blanche de Florence Hainaut

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

La Cour a donc donné raison à la Haute école Francisco Ferrer de la Ville de Bruxelles qui a interdit le port de signes convictionnels à ses élèves, dans le but affiché de créer un environnement scolaire «  totalement neutre » où ne s’exerce pas une pression sociale de la part de celles et ceux qui «  rendent leur opinion visible ».

Jusqu’ici, dans l’enseignement supérieur, les élèves étaient considérés comme des usagers, donc légalement en droit d’exprimer leurs convictions. Plusieurs écoles supérieures qui avaient étendu le principe de neutralité de l’enseignement aux élèves et fait appliquer des règlements d’ordre intérieur interdisant les signes convictionnels ont été rappelées à l’ordre par la justice. C’est le cas par exemple de la Haute école de Liège, condamnée le 4 octobre 2016 par le tribunal des référés de Liège.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

28 Commentaires

  • Posté par CREPIN Hugues, mercredi 19 août 2020, 21:48

    Je comprends le raisonnement mais en ne prenant qu'une seule facette du problème, elle nous amène à une vision très simpliste. Nous devons gérer des minorités aux intérêts souvent divergents. Le port du voile implique certaines valeurs et attitudes qui viennent avec. Ces valeurs poseront de multiples problèmes mais également un blocage voire une régression du vire-ensemble. Le voile est une discrimination islamiste à la base (pas vraiment présent dans le coran sauf sous forme très allégorique et très floue, guère mieux dans la sunnah). De plus nous sommes un état neutre, à la base, le voile n'était pas adressé sauf quand il a révélé cacher d'autres problématiques dont des problèmes nets en terme de tolérance et d'universalité. Cet article oublie de préciser que ceci ne s'adressait en fait qu'à certaines formations dont celles d'enseignants où les élèves ne peuvent pas porter de signer discriminatoires ni en stage ni plus tard dans leur métier. Cette règle avait été faite pour éviter des élèves qui faisaient des études puis ne pouvaient pas exercer leur métier plus tard pour des raisons déontologiques. Cependant, oui, barbes, khamis, djellabahs, ... Ne sont pas nécessairement tolérés non plus donc cet article n'est pas tout à fait factuel. Madame Hainaut regarde par le tout petit bout de la lorgnette et ne dénonce que les discriminations qui l'arrange et, surtout, qui ne la mettrait pas en danger. Tout le monde devrait avoir le droit de se vêtir comme il le veut mais notre Monde impose des règles contre l'extrémisme. Ainsi la burqah est-elle bannie pour ce qu'elle implique comme contenu idéologique ainsi que le niqab, on ne porte pas non plus de symboles nazis et les symboles communistes sont-ils modérés même si ils sont nettement plus tolérés et on ne se balade pas tout nu non plus n'importe où. Je crains que madame Hainaut ne mène un combat passéiste et ne soit finalement charmée par une forme de romantisme sauf que ce qui est derrière tout ça est tout sauf romantique, malheureusement et elle se battra pour une musulmane discriminée pour son voile cde qui est bien mais passera sous silence toutes les autres à qui ce tissu est imposé pour qu'elles aient le droit de sortir de chez elle, étudier et travailler. Elle détournera les yeux envers le racisme forcené de ces religions concernant le mariage voire simplement l'amitié. Bref, oui c'est une discrimination mais qui est largement secondaire, sa posture en fait renforce la puissance de la discrimination primaire, qui est, elle religieuse et nettement plus grave car appliquée par norme familiale, pression, syndrome de Stockholm voire pire. Je connais bien des femmes qui portent le voile mais je ne peux pas dire que j'en voie qui en soient heureuses d'une part mais la majorité d'entre elles admettent que cela leur complique la vie énormément même en zone purement musulmane. Pire encore, ce marqueur social permet de détecter très vite toutes les déviantes. Car, oui, la seconde fonction de ce voile, c'est un GPS social permettant de contrôler toutes les musulmanes en permanence et de dénoncer chacun de leurs "errements"

  • Posté par Fuld Daniel, jeudi 23 juillet 2020, 15:50

    Personnellement, je suis contre le port du voile. pour de multiples raisons. Cependant, j'accepterais le résultat d'un référendum qui donnerait un résultat inverse. Cela permettrait de clôturer le sujet !

  • Posté par Tielemans Roger, jeudi 23 juillet 2020, 11:14

    partant de l'évidence que allah et le coran n'ont jamais évoqué le port du voile (enfin je le crois), celui-ci est un acte de soumission de la femme musulmane (peut-on être soumis à quelque chose?) et certainement pas un acte de liberté. De plus il porte atteinte à ma liberté (autant et pas plus que la vue d'un crucifix, d'une kippa ou le son des cloches). Je combat la soumission, l'esclavagisme, le racisme,.... la vue d'un voile me choque donc, ainsi que de voir la femme musulmane marcher derrière son compagnon; c'est tout simple et loin des loghorrées plus ou moins savantes entendues:

  • Posté par Pasque Roger, dimanche 19 juillet 2020, 20:36

    @ jean stals Libre à vous de chercher vos références chez les gourous ( dont ce Monsieur Wagner ) de « Riposte laïque », groupuscule français islamophobe d’Extrême-droite . Vous me permettrez de mettre en doute ses compétences en matière religieuse et le fait de généraliser à l’ensemble des Musulmans les dérives sectaires de quelques uns est la marque fondamentale de ce type de groupement. Moi, je vis en Belgique et je ne me suis jamais senti agressé par la vue d’un musulman ou une musulmane même voilée. Manifestement ce n’est pas le cas de tout le monde. Je ne peux dire qu’une chose, la paranoïa, ce se soigne mais dans le chef de certains ça s’entretient aussi, c’est électoralement rentable, du moins au nord du pays. Il y a ceux qui votent avec leurs tripes et ceux qui réfléchissent, je me targue de faire partie de ces derniers même si ma manière de réfléchir n’a pas l’air de vous agréer.

  • Posté par jourdain Claude, dimanche 19 juillet 2020, 16:56

    Je suis essentiellement d'accord avec M. Jean Staels. Les propos de Mme. Hainaut sont tout à fait respectables mais éludent, comme toujours, la partie immergée de l'iceberg islamique. A quand une carte blanche (ou de toute autre couleur) qui nous offrirait une analyse aussi pertinente que celle de Mme. Hainaut quant aux incivilités, dégradations, actes de vandalisme ou de terrorisme et autres non respects de notre Etat de Droit commis.es par une frange non négligeable de communautés originaires d'ailleurs ? Pour ce qui est des femmes qui, volontaires ou forcées, portent le voile, force est (euphémisme) de constater qu'elles sont, de facto, trop souvent complices, peut-être à leur corps défendant, du non respect de notre Etat de Droit. Mme. Hainaut n'en dit pas un mot.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs