Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Le projet de sucrerie de Seneffe attend impatiemment le soutien des banques

C’est un projet d’envergure unique en Europe qu’ont lancé quatre betteraviers, voici 4 ans. Mais si toutes les étapes de la Coopérative des Betteraviers Transformateurs ont été franchies, il manque toujours l’aide du secteur bancaire. Le temps presse.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Le projet de construction de la nouvelle sucrerie coopérative de Seneffe parviendra-t-il à se concrétiser ? C’est possible, mais rien n’est joué et même gagné. Et le temps commence à presser. Mis sur pied voilà 4 ans, ce projet qui vise à octroyer une juste rémunération aux producteurs de betteraves sucrières est né dans le contexte de la fin des quotas sucriers, décidée par l’Union européenne, début octobre 2017. Il s’agissait alors d’un mécanisme de régulation pour les producteurs de sucre et de betteraves, avec des prix minimums d’achat. La fin des quotas signifiait la libéralisation et les sucriers européens ont alors essayé de devenir plus compétitifs pour résister à un marché devenu lui aussi plus compétitif. Mais les prix proposés et payés aux producteurs ont été revus au rabais.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs