Anne Francotte: «Maintenant, je couds un peu plus dans la vie de tous les jours»

Les initiatives en ligne ne manquent pas depuis le début du confinement. Parmi les premières bénévoles à coudre des masques, Anne Francotte a elle-même été surprise par le succès de ses confections colorées. D’abord pour le secteur médical et ses proches, elle a ensuite décidé de mettre ses masques à la vente via Instagram. « Je faisais de la récup avec les tissus et élastiques que je trouvais chez moi. Puis j’ai commencé à en acheter en ligne. » Face aux nombreux échanges avec les clients sur les réseaux sociaux, Anne crée le site Lemon pour commercialiser ses masques.

Depuis le mois de juin, la demande a diminué et les rouleaux de tissu se sont accumulés. « Je ne savais pas quoi en faire. Je suis alors restée dans l’idée de faire du zéro déchet made in Belgium et j’ai proposé d’autres créations chics et originales ». Cotons démaquillants, sac à pain, sac à vrac, recouvre-plat, couverture de pique-nique : la gamme de Lemon s’est agrandie. « Mais ça revient tellement cher en matières premières que certains produits se vendent moins bien. Ce qui a fait le succès des masques, c’est le confinement : les magasins étaient fermés donc les gens n’avaient pas d’autres solutions que d’acheter sur internet ». Il est en effet possible de trouver beaucoup plus facilement des masques jetables en grande surface. Les grandes chaînes de vêtements vendent également des masques en tissus.« Je ne fais pas de production à la chaîne alors que la concurrence propose des alternatives moins chères ».

Alors que le nombre de contaminations repart à la hausse en Belgique et qu’une potentielle deuxième vague est évoquée, Anne Francotte constate déjà de nouvelles demandes sur son site. Elle collabore avec des revendeurs, comme la boutique Rose (Chatelain). « Hier, je leur ai de nouveau livré une trentaine de masques parce qu’ils ont aussi de nouvelles demandes, ça redémarre un petit peu. Je ne sais pas non plus si les gens vont préférer acheter de jolis masques un peu plus cher sur mon site, ou prendre des jetables en supermarchés. »

Une reconversion grâce au tissu

Anne Francotte n’est pas couturière de formation mais a toujours pratiqué en dilettante. En tant que journaliste indépendante, elle a eu la possibilité de continuer ses confections durant le confinement. « J’ai donc décidé de donner priorité aux masques car ça me semblait tout aussi important. Maintenant, je couds un peu plus dans la vie de tous les jours. La machine est installée et tous les tissus sont là, c’est plus facile. »

Site : https ://masquesentissu.be/

Sur le même sujet
TextileBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. facon

    Le commissaire coronavirus au «Soir»: «La situation est très sérieuse mais pas désespérée»

  2. ACHILLE FALISE (1)

    20 ans en 2020: a-t-on affaire à une future «génération sacrifiée»?

  3. Le marché matinal de Bruxelles limite la casse due à la fermeture des restos car les commerces de détails achètent davantage de marchandises.

    Coronavirus: c’est également la cata pour les fournisseurs de l’horeca

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 85»: la contamination

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Josette, au téléphone qui explique qu’elle est bien embêtée parce qu’elle a contaminé six personnes. « Houlà, tu as eu le coronavirus, Josette ? on lui demande. -Oui, Gérard et moi, on l’a eu. Lui, il a beaucoup toussé, moi surtout très fatiguée, mais c’est pas ça le plus grave. Tu te rends compte : ON A CONTAMINÉ SIX PERSONNES ! »

    Vous voulez le fil de l’histoire ? Mille fois mieux que l’appli Coronalert, la mémoire de Josette a tout tracké. Selon elle, ça a commencé au resto. A quatre, avec un couple de cousins qui repartaient chez eux, à Nashville (USA) quelques jours plus tard. « On a manqué de pot, elle explique. Parce qu’on est super prudents, on se lave les mains, Gérard ne sort jamais, il est bien dans son jardin, bien dans sa maison, et j’ai toujours mon gel sur moi. Mais je n’ai pas pensé à lui en faire prendre en sortant du restaurant. Il l’a attrapé le premier puis me l’a...

    Lire la suite

  • Les 20 ans de 2020, notre carburant pour l’avenir

    Tes grands-parents, rarement tu visiteras. Tes parents, quasi plus tu n’embrasseras. Tes voisins, de très loin tu verras. Tes amis, à quatre tu limiteras. Tes professeurs, sur écran tu écouteras. Tes amours, masqué tu séduiras. La planète, plus tard tu parcourras/sauveras.

    C’est cela le monde dans lequel on vit aujourd’hui quand on a 20 ans ? Un monde où l’on doit se protéger des autres ? Où l’enfer, c’est le souffle de l’autre qui nous contamine et qu’il faut à tout prix éviter ? Ce...

    Lire la suite