Plan de relance de l’UE: nouvelle proposition de Michel, qui croit un accord «possible»

Plan de relance de l’UE: nouvelle proposition de Michel, qui croit un accord «possible»
Photo News

Le président du Conseil européen Charles Michel s’est brièvement adressé à la presse lundi en fin d’après-midi, indiquant qu’il allait transmettre aux délégations nationales réunies à Bruxelles en sommet européen une nouvelle proposition de compromis. « Je suis convaincu qu’un accord est possible », ajoute le Belge alors que le sommet, initialement prévu sur deux jours (vendredi-samedi), se prolonge vers la soirée (et la nuit ?) de lundi. Dans sa nouvelle « négobox » (ou « boite de négociations »), l’instrument de relance Next Generation EU est maintenu à un total de 750 milliards, mais la part de subventions dans ce paquet d’aides aux Etats est réduite à 390 milliards, le reste (360 milliards) étant des prêts.

La nouvelle proposition est « le fruit d’un travail extrêmement intense », un « travail collectif », a souligné Charles Michel dans sa brève allocution.

« Les dernières étapes sont toujours les plus difficiles », ajoute-t-il.

Les 27 chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’UE sont réunis à Bruxelles depuis vendredi matin. Ils se penchent essentiellement sur deux sujets délicats, liés l’un à l’autre : le cadre budgétaire de l’UE pour les 7 prochaines années, et l’instrument de relance post-coronavirus que la Commission avait proposé à 750 milliards d’euros, mais que certains pays dits « frugaux » (le quatuor Pays-Bas, Suède, Autriche, Danemark, auquel se rallie la Finlande) voudraient diminuer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous