Accueil Monde Union européenne

«Une ambition extraordinaire»: les réactions de la presse européenne au plan de relance de l’UE

La presse est revenue sur les enseignements à tirer de ce sommet européen.

Temps de lecture: 2 min

Le Soir revient dans son analyse sur la longue des négociations, 92 heures ! À une demi-heure près de battre le record d’un sommet européen détenu depuis plus de 20 ans (sommet de Nice en 2000). Le quotidien épingle également les concessions faites aux « frugaux ».

Pour le quotidien espagnol, El Pais, le plan de relance témoigne d’une « ambition extraordinaire et sans précédent », « seulement comparable à la fondation de l’Europe communautaire et à la création de l’euro ».

Pour les Allemands du Der Spiegel, « le Parlement européen est l’un des perdants ». « Les chefs d’État et de gouvernement ont signé un contrat lundi matin au détriment des tiers – les députés européens. Les programmes sur lesquels ils peuvent avoir leur mot à dire ont été supprimés » explique le journal.

Le quotidien français Le Monde, est lui revenu sur les deux camps qui se sont opposés durant le sommet, avec « d’un côté, la grande majorité des Vingt-Sept, emmenés par Paris et Berlin, qui militaient pour des aides massives aux pays les plus touchés par la crise, au premier rang desquels l’Italie et l’Espagne. De l’autre, les « frugaux » – Pays-Bas, Autriche, Suède et Danemark – et leur allié finlandais, qui auront monnayé jusqu’au bout leur ralliement à un projet auquel ils sont philosophiquement opposés, celui d’une Union plus fédérale et plus intégrée ».

L’attitude critiquée de Mark Rutte, premier ministre néerlandais

Pour leurs homologues du Figaro, « l’accord porte en lui les germes de combats futurs entre les Vingt-Sept. » En effet, « Mark Rutte a obtenu son frein d’urgence permettant à un ou plusieurs États membres de geler les subventions promises à un pays si le plan de relance proposé n’est pas jugé pertinent ou si sa mise en œuvre est trop lente ou non satisfaisante. »

Le Standaard estime, lui, que le Premier ministre néerlandais « a un peu trop contrarié (ses homologues ndlr) ». « Il faudra un certain temps aux poids lourds de l’Europe pour lui tapoter à nouveau l’épaule. » conclut le journal.

L’Echo analyse également l’attitude du Premier ministre néerlandais, le qualifiant de « Monsieur Non ». Il est parvenu à obtenir des concessions importantes, en menaçant de faire échouer le sommet, « dans la plus pure tradition du ‘non britannique’ » avance L’Echo.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Eric Lambot, mercredi 22 juillet 2020, 10:30

    Bravo pour cet accord. Mais il faudrait une relance verte sinon tout cela ne servira à rien. Toute l'action des politiques montre qu'ils commencent juste à considérer le réchauffement comme un problème (lointain) mais refusent encore de le considérer comme une crise majeure. Il faudrait se réveiller sinon la nature va s'en charger et ça ne va pas être agréable..

  • Posté par Clodong André, mardi 21 juillet 2020, 15:49

    Souhaitons aux généreux donateurs un retour concret suite à leurs efforts. Ce n'est pas gagné d'avance.

  • Posté par Propronet Juste, mardi 21 juillet 2020, 13:42

    Tres bonne action des frugaux. Il faut arrêter de toujours donner de l'argent aux mêmes mauvais élèves de l'Europe.

  • Posté par Poels Celine , mardi 21 juillet 2020, 14:44

    commentaire lamentable de quelqu'un qui n'a rien compris au PROJET européen et qui le limite à une tirelire !

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une