Accueil Économie Consommation

Les travailleurs des plateformes seront encore très peu taxés

À partir de 2021, les 6.000 euros de revenus annuels exemptés d’impôts pour les travailleurs associatifs et les « petits services rendus entre voisins » sautent. Coursiers et autres prestataires des plateformes digitales, continueront, eux, à bénéficier d’un cadre fiscal avantageux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La nouvelle, tombée en plein pic épidémique, était passée plus ou moins inaperçue : le 23 avril dernier, la loi sur les revenus complémentaires exonérés d’impôts – pour les prestations occasionnelles entre particuliers, celles entre particuliers effectuées par l’intermédiaire de plateformes électroniques et le travail associatif, les 6.000 premiers euros de revenus annuels n’étaient plus taxés – était recalée par la Cour constitutionnelle. Rejoignant ainsi une déjà longue série de législations nées sous le gouvernement Michel et annulées peu après leur introduction.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Christophe Samray, mardi 21 juillet 2020, 18:05

    Petit à petit, les travailleurs sont précarisés et la sécurité sociale détricotée par réduction des financements sous couvert de donner de l'emploi, mais à quel prix et sous quelles conditions ? C'est ça la société post-covid que la droite nous concocte ?

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs