Accueil Culture

Grand reporter? «C’est tout sauf du romantisme!»

Le reportage de guerre a souvent fait rêver ? Il n’y a pourtant pas de quoi, commentent nos invités.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Vous exercez un métier qui a longtemps fait rêver. Le romantisme est-il encore aujourd’hui vivant ?

Jonathan Randal : J’ai des doutes. Parce qu’il y a de moins en moins de journalistes, de correspondants de guerre, de journaux, de télévisions.

Slimane Zeghidour : Romantisme ? Je n’en ai jamais trouvé dans le métier. Je n’ai couvert que des guerres, que des conflits armés, au Moyen-Orient, en Russie, en Asie Centrale, en Amérique du sud... Je suis moi-même né dans un pays en guerre, en Algérie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs