Accueil Monde Europe

Les migrants en Turquie, victimes invisibles du coronavirus

La Turquie, premier pays d’accueil de réfugiés et de migrants au monde, est perçue par beaucoup d’entre eux comme une ultime étape avant le rêve européen. Mais avec l’épidémie de nouveau coronavirus et le renforcement des contrôles aux frontières de la Grèce, la plupart se retrouvent bloqués depuis des mois dans des situations éprouvantes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

C’est pas facile », « c’est un peu dur »… Amadou répète ces mots. Mais plus il avance dans le récit des cinq derniers mois, plus on se dit que le jeune homme atténue dans sa voix les épreuves qu’il a traversées.

Amadou a quitté Dakar, au Sénégal, il y a cinq ans. Il a d’abord vécu au Maroc avant d’atterrir à Istanbul, il y a neuf mois, avec un visa de court séjour. Il a 28 ans et rêve d’aller aux Pays-Bas. Mais l’étape la plus difficile de ce voyage est devant lui : entrer en Europe, illégalement, par la Grèce.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 23 juillet 2020, 9:12

    L'Afrique souffre de guerres, de famine et de misère économique. Regardez Boko Haram qui a encore tué 5 membres d'une ONG récemment... Le Covid est une bonne excuse pour arrêter les flux migratoires vers l'Europe. La seule bonne nouvelle est que dans ces camps, le Covid n'a pas frappé, mes ces camps ressemblent de plus en plus à des camps de concentration.

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 22 juillet 2020, 21:36

    Mais? Il y a la guerre au Sénégal ?

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs