Un «no deal« n’empêcherait pas le Royaume-Uni de «prospérer puissamment» selon le Premier ministre Boris Johnson.
BRITAIN-EU_JOHNSON
Elio Di Rupo a brandi la menace d’un veto «si les futurs accords commerciaux avec le Royaume-Uni transgressent les lignes rouges fixées par mon gouvernement».
«Si nous laissons les combattants de Daesh là où ils se trouvent, ils pourraient un jour s’échapper ou être libérés. Nous n’aurons alors plus aucun contrôle», prévient Hannah Neumann.
Il aime l’accordéon, qu’il arbore pour se rendre populaire. Et il reste toujours élégant et ouvert.
Saskia Bricmont, députée européenne Ecolo.
belgaimage-8096738-full
Une issue favorable aux négociations entre Britanniques et européens semble encore bien éloignée.
RTX8D7PP
PEOPLE-GISCARD_
Le 1er décembre 2019, Charles Michel prenait ses fonctions de président du Conseil européen et Ursula von der Leyen celles de présidente de la Commission européenne.
carta
Les Premiers ministres hongrois, Viktor Orban (à dr.), et polonais Mateusz Morawiecki, campent sur leur position.
BELGIUM-EU-POLITICS-PARLIAMENT
Pierre Ducrozet.
Dix-sept minutes de la vidéoconférence ont été consacrées à un veto qui pourrait pénaliser l’Union à long terme.
«Ce qui est en jeu c’est la capacité de mobiliser des fonds sans précédent pour aider les citoyens, les entreprises, les régions les plus en difficultés», insiste Didier Reynders.
Le premier chapitre de «Le grand vertige»
h_56425732
1500x500