Accueil Économie Consommation

L’hydrogène vert cherche sa voie en Europe

L’Union européenne veut faire de l’hydrogène « propre » un élément clé du mix énergétique d’ici 2050. Il faudra 23.000 km de tuyaux pour le transporter à travers le continent, principalement des gazoducs recyclés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

A la mi-juillet, la Commission européenne a dévoilé sa stratégie pour faire de l’hydrogène une importante source d’énergie propre pour une Europe décarbonée à l’échéance 2050. A cette date, l’hydrogène devrait représenter entre 12 et 14 % du mix énergétique, prévoit l’exécutif européen. « C’est la clé d’une économie européenne forte, compétitive et sans carbone », a assuré Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Brahy Nicolas, vendredi 31 juillet 2020, 11:50

    quelques informations: Concernant le stockage de l'hydrogène. Il ne faut pas le compresser ou le refroidir. C'est l'un ou c'est l'autre. Ou bien on stocke l'hydrogène en le compressant ou bien on le stocke en le liquéfiant. C'est le même principe que pour tous les gaz à commencer par le gaz naturel. C'est un peu plus compliqué pour l'hydrogène que le gaz naturel car il faut compresser plus fort ou refroidir plus pour liquéfier. C'est faisable. En ce qui concerne le transport de l'hydrogène: Il y a des centaines de camions qui traversent l'Europe tous les jours depuis des décénies avec de l'hydrogen compressé pour différentes industries. Il existe aussi des camions qui transportent de l'hydrogène liquide. Pour les voitures: l'hydrogene est compressé à 700 bar. La Hyundai Nexo ou la Toyota Miral ou la mercedes GLC, ou encore les Renault Kango marchent parfaitement. On peut faire le plein chez Colruyt à Halle ou derrière chez Ikea à Zaventem. Pour les bus: L'hydrogène est compressé à 350 bar dans des réservoirs sur le toit. Il existe 12 producteurs de bus à hydrogene. Le plus gros d'entre eux en termes de vente est le belge Van Hool. Des bus à hydrogène sont en operations (ou en commande) dans une vingtaine de villes en Europe. Notre voisine Cologne en aura bientôt 40. La Wallonie devrait bientôt en avoir aussi. Les camions et grosses camionnettes sont sans doute l'application transport routier qui décoller le plus fort vu la règlementation sur le CO2. Aviation: L'hydrogène sert aussi à faire de kérosène synthétique pour les avions. Et a moyen terme, Airbus et d'autres explorent la piste de l'avion au pure hydrogène. maritime: il existe plusieurs démonstrateurs (petit bateaux) à hydrogen à commencer par le port d'Anvers. Un bateau développé par la Compagnie Maritime Belge, une pionière dans la réduction des émissions dans ce secteur. Train: il existe des trains à hydrogen en opération en Allemagne et ils sont attendus prochainement en France, et Royaume-Uni et en réflexion dans d'autres pays Européens. Après cela l'hydrogène ne sert pas qu'à décarbonner le transport loin de là. Il sert à stocker et transporter de l'énergie renouvelable et à utiliser celle-ci dans les secteurs qui ne peuvent pas être (totalement ) électrifié: notamment l'acier, la chaleur industrielle, une partie de la chaleur des bâtiments, etc. Il reste beaucoup de travail mais l'essentiel des briques technologiques sont là. La question n'est pas seulement technologique. Pour que cela décolle, il faut 1) que la technologie soit prête 2) qu'il y ait un consenus industriel et politique pour son usage dans une application 3) qu'il y ait des règlementations (politiques) qui forcent le passage d'une solution fossile à une solution décarbonnée. Ces trois élements sont plus ont moins matures selon les applications de l'hydrogène.

  • Posté par POUPAERT Jacques, dimanche 26 juillet 2020, 19:22

    Article de science fiction!

  • Posté par Eric Lambot, dimanche 26 juillet 2020, 16:42

    Pour les véhicules le rendement de la production électrique à la roue est de 30% (! ), une usine à gaz avec 2 moteurs différents, l'hydrogène étant le plus petit élément chimique il s'infiltre partout, il faut le refroidir à -252° pour le stocker (dans une voiture ?), sous une pression dingue, c'est une bombe qui peut exploser à tout moment, avec les enfants à 20 cm..) Contre 76% de rendement à la roue pour les batteries, moins chères que l'essence ou le diesel (eh oui, on y est, renseignez-vous), temps de recharge de 20-30 min en amélioration constante, idéal pour le stockage des énergies renouvelables. Les investissements dans l'hydrogène sont de l'argent à fonds perdus dans une technologie non-mature, juste une tentative des groupes pétroliers de sauver une partie de leur filière pétrolière (gazoducs, stations d'essence...) et de garder à tout prix leurs clients dépendants. Pas de chance, ça ne marchera pas. Le problème c'est l'utilisation d'une part importante des fonds européens qui pourraient être utilisés ailleurs.

  • Posté par DE SCHRIJVER Edgar, dimanche 26 juillet 2020, 20:02

    Bien exact : " L'hydrogène étant le plus petit élément chimique il s'infiltre partout, il faut le refroidir à -252° pour le stocker (dans une voiture ?), sous une pression dingue, c'est une bombe qui peut exploser à tout moment" Quand ils auront résolu le problème de stockage, on en reparlera... En attendant, c'est de la foutaise, rien de moins, ni de plus !

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs