Accueil Économie

Grèves des conducteurs de train suspendues: échec ou stratégie?

Après avoir mené une première action, samedi dernier, le SACT (syndicat autonome des conducteurs de train) a réétudié sa position.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Succès mitigé Samedi, la première journée d’application du mouvement de grève d’une partie des conducteurs de la SNCB n’a que très partiellement affecté la circulation des trains. Le SACT, qui dit représenter un tiers des 3.800 conducteurs, n’aurait réussi qu’à bloquer un train sur dix en moyenne (15 % le matin, au plus fort, 8 % l’après-midi). Pour contrer le mouvement, la direction de la SNCB avait fait appel à des conducteurs de réserve non grévistes.

Notamment pour assurer les liaisons vers la mer, fort appréciées (et rentables) durant les week-ends estivaux.

Peu populaire Et le public ne s’était d’ailleurs pas caché pour exprimer son mécontentement lors de l’annonce des samedis de grève par les membres du SACT. Depuis le début, les revendications du syndicat indépendant ont du mal à passer dans le public mais aussi parmi les autres cheminots et organisations syndicales.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs