Influenceuses: les businesswomen des réseaux sociaux

« Les rémunérations sont décuplées en fonction du nombre de followers. Les influenceuses combinent souvent leur blog avec des études ou un métier. »
« Les rémunérations sont décuplées en fonction du nombre de followers. Les influenceuses combinent souvent leur blog avec des études ou un métier. » - © DR / milkywaysblueyes / consciencethriftshop

Influenceuses, blogueuses, ou instragrameuses se sont multipliées ces dernières années sur la toile et la Belgique ne fait pas exception. Alors qu’à première vue, celles-ci mènent une vie de rêve ponctuée de cadeaux, de voyages et de rencontres, une réalité plus complexe se cache derrière leur quotidien.

Claire Marnette, connue pour son blog milkywaysblueyes, fait partie de celles qui se sont particulièrement démarquées ces dernières années. L’influenceuse originaire de la province de Liège a débuté en 2013 en publiant des photos, vidéos et tutos de mode et de voyages. Sept ans plus tard, son compte Instagram totalise plus de 175.000 abonnés. Aujourd’hui, elle réussit à vivre de sa passion qui est devenue un véritable business. Dans un article publié sur son site en 2017, elle s’indigne des clichés sur les blogueuses. « Mes journées, je les commence tous les jours à 7h du matin. Si je dois les commencer aussi tôt, c’est parce qu’elles vont être très remplies et qu’avant 22h, je n’aurai pas de répit. » Tournages, shootings et voyages dans le cadre de partenariats avec des marques sont fréquents. Mais la plupart du temps, Claire travaille chez elle et doit savoir gérer son entreprise, la relation avec les marques, les réponses aux mails et sur les réseaux sociaux. À 25 ans, elle doit être polyvalente et maîtriser les logiciels de retouches de photos et de montages vidéo tout en prenant le rôle quotidien d’une community manager et de conseillère en mode.

Mais peu d’influenceuses peuvent réellement en vivre. En Belgique, elles sont seulement une dizaine. « Notre métier a une place considérable dans le milieu publicitaire. Mais souvent, les rémunérations sont décuplées en fonction du nombre de followers. Une majorité combine leur blog avec des études ou un autre métier. »

Influenceuse, une appellation péjorative ?

Marie Conscience, 23 ans, est une jeune diplômée en relations publiques et publie des photos sur son compte Instagram consciencethriftshop depuis près de deux ans. Son but : conscientiser sa communauté sur l’importance de consommer de façon durable et éthique. « Je voulais montrer qu’on peut être stylé en s’habillant avec des vêtements de seconde main. Au travers de ma page, on peut trouver mes looks, mes bonnes adresses de friperies et les marques durables que je recommande. » Avec ses 2.300 abonnés, Marie a aussi partagé ses looks faits maison durant le confinement. « J’ai commencé à coudre en réutilisant mes anciens vêtements. Ça a eu beaucoup de succès. » La jeune femme collabore avec des marques belges écoresponsables et reçoit leurs produits et des goodies. Cette « rémunération » ne lui permet pas de vivre de son activité. « Pour cela, il faudrait des partenariats payés, de façon plus régulière que ce que je fais actuellement. Pour le moment, je ne veux pas en faire mon métier principal, mais que cela fasse tout de même partie de ma vie. »

Le terme d’influenceuse fait débat car il est parfois perçu de manière négative. « Il est associé au monde de l’achat et de la consommation, comme si on était uniquement là pour te faire acheter » explique Marie Conscience. « En tant que slowfashion lover, je veux justement que les gens achètent moins ou mieux. Je me sens influenceuse quand mes abonnés me questionnent, s’intéressent à mes contenus et me remercient de les avoir conseillés. Là, je me dis que j’ai rempli ma mission. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le président Kaïs Saïed, sous bonne protection, salue ses partisans, le 26 juillet dernier dans l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis.

    Tunisie: Kaïs Saïed se lance dans la chasse aux corrompus

  2. 10935536-167

    JO 2020: Nina Derwael 6e du concours général de gymnastique, Sunisa Lee championne olympique

  3. A certains endroits, ce ne sont pas les zones rouges répertoriées qui ont été les plus impactées.

    La carte des zones inondables au centre des débats

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite