Gaëlle Mys a quitté la gymnastique «en raison de harcèlement et d’actes d’intimidation»

Belga
Belga

L’ancienne gymnaste Gaëlle Mys a également été victime d’actes d’intimidation et de harcèlement au cours de sa carrière. Ils lui ont fait quitter la gymnastique de haut niveau en 2016, a-t-elle révélé samedi sur Instagram.

« Cela m’attriste de lire les histoires de toutes ces courageuses gymnastes du monde entier », dit Mys dans une longue lettre. « J’ai quitté la gymnastique en 2016 après les Jeux olympiques de Rio de Janeiro, parce que j’étais fatiguée de lutter constamment contre le harcèlement, l’intimidation et les accusations. Je n’ai pas pris cette décision parce que mon corps était épuisé, mais j’ai finalement été assez forte mentalement pour quitter cet environnement malsain. J’ai choisi mon propre bonheur plutôt que ma passion ».

« J’ai eu de grands entraîneurs », poursuit la Flandrienne. « Malheureusement, tous les entraîneurs n’étaient pas comme ça. Ceux qui occupent des postes de haut niveau ont abusé de leur pouvoir et le font encore. Même aujourd’hui, les filles abandonnent à cause de cela ».

« Même maintenant, il m’est difficile de regarder ma carrière de gymnaste avec un bon sentiment. Ma carrière a été une bataille constante », a déclaré la triple olympienne. « J’ai été malmenée, des mensonges ont été répandus et nous avons été montées les unes contre les autres. Une petite erreur vous valait d’être traitée de grosse, de paresseuse, de menteuse, de bébé, de princesse, d’égocentrique, de touriste ».

« J’ai appelé à l’aide, mais rien n’a changé »

« Heureusement, j’ai reçu le soutien de mes amis et de ma famille ainsi que de quelques entraîneurs. Mais personne, aux plus hauts postes de la fédération, n’a défendu les gymnastes. La plupart d’entre eux ont observé de loin et – comme moi – ont supposé que c’était un comportement normal. Il m’a fallu plus d’un an dans un nouvel environnement positif pour réaliser que l’on ne traite pas les gens ou les enfants comme ça ».

« Tout au long de ma carrière, j’ai demandé à plusieurs reprises au manager général de la fédération de s’occuper de ce problème. J’ai appelé à l’aide. Mais à ce jour, rien n’a changé. Seuls les résultats et les chiffres comptent ».

« Après avoir quitté le monde de la gymnastique, je me suis vite rendue compte que tout cela a eu un grand impact sur ma personnalité. D’autres anciennes gymnastes ont les mêmes problèmes. Vous vous sentez inutile sans raison, vous n’avez pas confiance en vous, vous avez peur de faire des erreurs ». Après sa carrière de gymnaste, Mys a rejoint le Cirque du Soleil. « C’est là que j’ai trouvé la joie du sport. »

« Pendant longtemps, j’ai eu peur de parler de cela. (…) Mais il s’agit des filles et des garçons qui suivront nos traces. Nous devons en parler, afin que les gens puissent entendre notre voix et être enfin confrontés à la vérité. Parce qu’un jour, je veux pouvoir emmener ma fille à la salle de sport sans craindre que la même chose lui arrive ».

Vendredi, l’entraîneur de gymnastique néerlandais Gerrit Beltman avait reconnu avoir maltraité et humilié de jeunes gymnastes lors de ses entraînements. Il l’a dit dans une interview au Noordhollands Dagblad. Beltman a entraîné toute une série de gymnastes de haut niveau, dont notre compatriote Aagje Vanwalleghem.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous