Bulle sociale, mariages…: les nouvelles mesures prises par le Conseil national de sécurité

Un nouveau Conseil national de sécurité (CNS) s’est tenu ce lundi à 9h, quatre jours seulement après le dernier en date, jeudi dernier. La Première ministre, Sophie Wilmès s’est exprimée devant les journalistes.

On s’attendait à ce que les autorités décident de restreindre la « bulle » sociale des contacts autorisés. C’est maintenant chose faite. À partir du 29 juillet, la bulle sociale va être réduite. « À partir de mercredi, elle passera à 5 personnes toujours les mêmes pour les quatre prochaines semaines – et ce pour un foyer tout entier, et non plus par personne. Les enfants de moins de 12 ans ne comptent pas dans ces 5 personnes. Ces 5 personnes sont des gens en plus de votre foyer avec qui vous entretenez des contacts rapprochés, c’est-à-dire des contacts pendant lesquels les distances de sécurité ne sont pas toujours assurées », a détaillé Sophie Wilmès.

« Et si vous entrez en contact avec des personnes qui ne font pas partie de cette nouvelle « bulle sociale », vous devez impérativement et à tout moment respecter les distances de sécurité. ​Il est toujours plus prudent de porter également un masque même si, dans ces cas-là, il ne remplace jamais un respect absolu des distances de sécurité », a également ajouté la Première ministre.

Le CNS a donc décidé de suivre les recommandations du Celeval.

En ce qui concerne les événements, la règle d’application est donc de 100 personnes à l’intérieur et 200 personnes à l’extérieur. Le port du masque y est obligatoire. Les sorties en groupe, entre amis ou autre, sont limitées à 10 personnes, sauf pour les enfants de 12 ans. Ceci est valable pour les réceptions, les mariages et les banquets. Une seule exception : les camps et les activités sportives.

Télétravail et rentrée scolaire

La Première ministre a également « très fortement recommandé » le retour du télétravail. Selon elle, il y a moyen de trouver des systèmes de « rotations » entre collègues, par exemple.

Au sujet de la rentrée des classes, la Première ministre s’est également exprimée : « Les ministres ont prévu un modèle qui va s’adapter à la situation épidémiologique. Aujourd’hui, c’est beaucoup trop tôt. On sait que si nous n’intervenons pas de manière drastique, même la rentrée scolaire pourrait être mise à mal. »

30 minutes pour faire ses courses, seul

Il y a également du changement pour les magasins. « Il faut à nouveau faire ses courses seul ou accompagné d’un mineur vivant sous le même toit ou une personne ayant besoin d’une assistance, pour une durée de 30 minutes seulement sauf en cas de rendez-vous », a prévenu la cheffe du gouvernement.

Sophie Wilmès a ajouté : « Pour éviter certaines affluences dans des endroits très fréquentés du pays, la mesure qui visait à accorder des trajets en train gratuits aux citoyens sera reportée en septembre ».

« Nous insistons pour que les autorités locales agissent fermement »

Sophie Wilmès a appuyé sur l’importance du rôle des bourgmestres : « Plus localement, nous insistons pour que les autorités locales agissent fermement. Une liste de mesures possibles est déjà disponible. » Pour ce qui concerne les événements, la Première demande aux autorités locales « de suivre scrupuleusement tous les événements et de les annuler en cas de risque, ainsi que de mettre tout en œuvre pour que les mesures de sécurité soient respectées ».

Sophie Wilmès s’est exprimé sur l’inquiétude du gouvernement, notamment sur la situation à Anvers : « La charge virale chez certaines personnes semble plus importante qu’à l’accoutumée, elles sont donc beaucoup plus contagieuses (…) L’urgence de la situation à Anvers requiert des mesures fortes. La cellule de crise est actuellement en contact avec le bourgmestre. »

Tracing

Le traçage des données personnelles sera étendu à d’autres lieux où le risque de contamination est important, a par ailleurs annoncé la cheffe du gouvernement : « Nous nous rendons bien compte que le traçage doit être optimal, et ce dans des situations bien particulières ».

Il sera désormais obligatoire de donner son numéro ou son adresse e-mail lors d’un passage dans une salle de sport ou un centre de bien-être, comme il était de règle depuis jeudi dans l’horeca. La liste des lieux concernés sera publiée prochainement dans un arrêté ministériel. Pour rappel, les données récoltées par les restaurateurs et les cafetiers doivent être détruites après 14 jours, et peuvent refuser l’accès à l’établissement aux clients qui refuseraient de les transmettre.

Sur le même sujet
PolitiqueBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous