Accueil Culture Scènes

Conseil national de sécurité: un nouveau coup de massue pour la culture

Les nouvelles décisions du CNS réduisent fortement les jauges possibles pour les événements culturels à l’intérieur comme à l’extérieur. Réactions.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Depuis le début, les nombreux organisateurs qui ont voulu mettre sur pied des événements culturels cet été avaient pris leurs précautions. L’annonce d’un possible déconfinement élargi et de jauges pouvant passer de 400 à 800 personnes en extérieur avait été accueillie avec scepticisme et prudence. Mais peu s’attendaient à un tel retour en arrière. Alors qu’on pouvait accueillir 200 personnes en intérieur et 400 à l’extérieur, on revient à 100 en intérieur et 200 à l’extérieur. Un vrai coup de massue entraînant une multitude de complications, la plupart des places pour les événements du mois d’août ayant déjà trouvé preneur. Et même si la plupart des événements d’été se déroulent à l’extérieur (avec donc, désormais, une jauge maximale de 200 participants), les organisateurs doivent une nouvelle fois revoir leurs plans et leurs budgets.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Hubert Wynands, lundi 27 juillet 2020, 22:43

    Et à la source de toutes nos emmerdes, les mangeurs de pangolin. J’espère que l’Europe aura assez de courage pour leur présenter la facture et effectivement la leur faire payer, mais j’en doute fortement.

  • Posté par Istasse Bernard, lundi 27 juillet 2020, 22:30

    Pauvres de vous ! le gouvernement (?) belge monopolise le tragi-comique.

  • Posté par Karhausen Lucien, lundi 27 juillet 2020, 19:44

    Il y a environ trente ou quarante ans j'ai assisté à Tanglewood USA à plusieurs concerts symphoniques du New York Philharmonic Orchestra dirigé par Léonard Bernstein. Ces concerts qui rassemblaient sur l'herbe une foule énorme avaient lieu en plein air. C'était un vrai bonheur et cela paraissait la chose la plus naturelle du monde.

  • Posté par Esquenet Alexandre, lundi 27 juillet 2020, 20:48

    Et il n'y avait pas un virus aérien.

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs