Accueil Société

Coronavirus: un tracing plus strict à la Côte

La gouverneure de Flandre occidentale souhaite plus de clarté sur les lieux où ont été infectées les personnes qui ont une seconde résidence à la Côte.

Temps de lecture: 2 min

Anne Martens, la gouverneure par intérim de Flandre occidentale, souhaite plus de clarté sur les lieux où ont été infectées les personnes qui ont une seconde résidence à la Côte. Le sujet a été discuté lundi au Conseil national de sécurité. Pour l’instant, seule l’adresse officielle des seconds résidents infectés est enregistrée, empêchant ainsi leur comptabilisation dans les chiffres de la Côte.

Les personnes testées positives sont enregistrées auprès de leur médecin généraliste via un formulaire en ligne. Sur ce formulaire, seule l’adresse officielle de la personne infectée est enregistrée. Si un second résident est testé positif à la Côte, cela n’est donc pas enregistré.

«Ce n’est que lorsqu’un second résident fait savoir au suivi des contacts qu’il était à la mer que nous pouvons le savoir. C’est trop compliqué et il y a trop de retard pour agir rapidement», regrette Mme Martens.

La gouverneure souhaite que l’on sache clairement où les propriétaires de seconde résidence sont infectés et où ils passent leur quarantaine. «Pour l’instant, nous sommes à l’aveuglette dans ce domaine. Ces informations sont vraiment nécessaires pour pouvoir être réactifs dans notre province».

Le ministre Philippe De Backer (Open Vld) a assuré à la gouverneure qu’il rendrait l’ajustement techniquement possible.

 

À lire aussi Coronavirus: la deuxième vague, c’est l’histoire d’un super-contaminateur…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Clanis Claude, mercredi 29 juillet 2020, 21:12

    "Le ministre Philippe De Backer (Open Vld) a assuré à la gouverneure qu’il rendrait l’ajustement techniquement possible." Encore et toujours la langue de bois, ne pas se mouiller, ne pas s'avancer, ne pas assumer ses responsabilités. Le minimum aurait été de terminer sa phrase : " . . . . et que les données demandées pourront lui être communiquées dès le.... " en donnant une date butoir.Aucun patron d'entreprise n'accepterait une telle désinvolture .

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko