Accueil Société

Philippe Devos: «Le personnel soignant n’est pas prêt psychologiquement à revivre pareille horreur»

Face à la recrudescence du coronavirus en Belgique, le docteur Philippe Devos craint une deuxième vague.

Temps de lecture: 2 min

Le personnel travaillant en première ligne a pu se reposer depuis la première vague, certains souffrent encore psychologiquement de ce qu’ils ont vécu. Philippe Devos, président de l’Absym, s’inquiète : « le personnel soignant n’est pas prêt psychologiquement à revivre pareille horreur. »

« Je pourrai encore faire de longues heures supplémentaires. Par contre, je ne pourrai plus accepter de perdre des patients », confie une infirmière d’une unité Covid, à nos confrères de Sudinfo.

Philippe Devos ajoute : « La première vague a été épuisante pour tous. On s’est rendu compte que, refaire la même chose, on en est capable. Mais, si celle-ci dure plus longtemps ou est encore plus forte, cela va être très difficile. »

« Sur le plan physique, les équipes sont reposées. On leur a demandé de prendre des congés. Mais, du côté psychologique, on n’a pas eu le temps de faire des débriefings. Durant le pic, il y a eu des décès à répétition. On est préparé dans notre formation mais pas avec de telles fréquences », explique le médecin intensiviste et président de l’Absym.

Philippe Devos conclue, « s’il y a une deuxième vague, on se donnera tous de nouveau à fond, mais ce sera jusqu’à ce que la corde casse. On ira jusqu’à l’épuisement total. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 28 juillet 2020, 19:12

    A l'IHU de Marseille, sur 3452 malades traités ils n'ont eu que 18 morts. Et ici, on n'est pas testé assez vite et le traitement ne peut être prescrit par le médecin traitant.

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 28 juillet 2020, 19:04

    Si au moins les gens étaient testés immédiatement et pouvaient recevoir dès le début le traitement préconisé par le numéro un mondial des maladies infectieuses. Si les lobby n'étaient pas si puissants.

  • Posté par Istasse Bernard, mardi 28 juillet 2020, 18:07

    Revoilà, le petit rigolo farfelu aux 80.000 morts !

  • Posté par LAMBERT André, mercredi 29 juillet 2020, 0:09

    @Petitjean Marie-Rose : vous avez parfaitement raison. Et si les politiques avaient écouté plus tôt les spécialistes tels que notamment les Drs Devos et Watelet, n'aurions pas eu le triste privilège d'être parmi les pays les plus contaminés d'Europe et d'atteindre maintenant le bilan catastrophique de près de 10.000 morts !!!

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 28 juillet 2020, 18:42

    Bernard, non seulement votre commentaire manque de courtoisie mais il montre votre ignorance de l'"histoire". Le Dr. Devos a été un des lanceurs d'alerte qui a prévenu de l'arrivée et de la gravité potentielle de l'épidémie qui se profilait. Il a en effet cité des chiffres concernant les contaminations et les décès possibles SI on ne prenait pas des mesures drastiques. Il aurait mieux valu l'écouter plus tôt (comme les autres lanceurs d'alerte). Le Dr. Devos a ensuite été en première ligne (soins intensifs) pour soigner les personnes gravement malades de la Covid-19 et il l'a d'ailleurs payé en étant lui-même contaminé, reprenant le travail dès que possible. Le Dr. Devos mérite notre reconnaissance et votre persiflage a quelque chose d'indécent, tout en manquant singulièrement d'intelligence.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko