Accueil Belgique Politique

Le sauve-qui-peut de Muriel Targnion à Verviers

La bourgmestre de Verviers risque toujours l’exclusion du PS. Avant d’être entendue, privée de deux fidèles, elle propose une paix des braves. Suffisant ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Il se passe toujours quelque chose à Verviers (suite et pas fin). Ce mercredi, la commission de vigilance du parti socialiste doit entendre Muriel Targnion, bourgmestre depuis 2015. L’ancienne députée régionale joue très gros : une exclusion du PS.

Alors que le boulevard de l’Empereur tentait de calmer le jeu local en début d’été, Muriel Targnion a poussé la résistance jusqu’à déposer une motion de méfiance collective à l’égard du collège actuel avec l’idée de provoquer la mise en place d’une nouvelle majorité dès la rentrée.

Mais résumons rapidement les épisodes précédents pour nos lecteurs qui auraient perdu le fil de la pelote de laine verviétoise. Après les élections de 2018, la ville de Verviers hérite d’une majorité composée du PS, du MR et de Nouveau Verviers, où les socialistes sont dominants avec treize élus.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par jourdain Claude, mercredi 29 juillet 2020, 13:32

    Force est de constater que le PS est aussi gangrené par un nombre "croissant" de dirigeants à caractère "communautaire" (Ecolo n'y échappe pas non plus, plus particulièrement en RBC) comme si ce n'était pas assez des "affaires". Est-il encore temps et possible pour M. Magnette de remettre la Maison du Peuple au milieu de la commune ?

  • Posté par Henry Christophe, mercredi 29 juillet 2020, 9:12

    Il faut que Magnette commence la grande lessive quitte à "perdre" des Villes et des communes en perspective de 2024. L'essentiel est de rester stable à la Région et au Fédéral pour les prochaines élections. Il faut refondre le parti. Recentraliser les décisions, faire perdre le poids de décisions des fédérations socialistes, quand on voit le pouvoir de nuisance de celles de Liège, de Bruxelles . Quand un parti va mal, on le réforme et on vire tout ceux qui ont des comportements parasites ou nuisibles. Place aux jeunes ! Que le PS fasse un programme sans faute. Je rappelle que le VB et le PTB ont eu un max d'élus avec de parfaits inconnus, ils ont juste clamé des slogans populistes. Le PS doit croire à son programme. On écarte les élus qui font de l'obésité morbide du mandats. Place aux jeunes, aux idées. Au musée les dinosaures, à côté de ceux de Bernisart

  • Posté par Dardenne Didier, mercredi 29 juillet 2020, 14:51

    Tout à fait, et le ministre président Di Rupo devrait commencer par montrer l'exemple.

  • Posté par Michiels Laurence, mercredi 29 juillet 2020, 8:28

    Son exclusion du PS serait une bonne chose ! Elle a déjà assez profité avec nethys...

  • Posté par Marchal Michel, mardi 28 juillet 2020, 23:20

    Et qu'en pensent les électeurs ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs