Accueil Belgique Politique

Bulle sociale: comment quelques experts ont fait plier les politiques

La décision de réduire la bulle sociale de 15 à 5 personnes n’était pas le choix des politiques. Mais la pression médiatique exercée par quelques experts les a forcés à revoir leur position.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 4 min

Cette recommandation a été faite par les experts du Celeval et nous la suivons à la lettre. » En annonçant, lundi après-midi, le rétrécissement de la « bulle sociale » de 15 à 5 personnes, la Première ministre Sophie Wilmès a insisté sur la conformité de cette décision avec le rapport des experts de la Cellule d’évaluation (Celeval).

Ces derniers, et en particulier les plus vindicatifs, sont parvenus à renverser une décision que le pouvoir politique ne souhaitait pas prendre, dans un premier temps.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

71 Commentaires

  • Posté par Paraszka Gabriella, mardi 11 août 2020, 14:37

    Pourquoi on n'entend pas l'avis- et surtout l'expérience d'autres virologues, qui font sonner d'autres cloches? on voit et on entend toujours les mêmes "experts" comme s'ils étaient les seuls spécialistes en Belgique ? Qu'en est -il des études scientifiques appuyant les décisions prises? Pourrions-nous avoir un panel regroupant les virologues et urgentistes de tout bord qui débattent les questions en live et permettant au public de se forger une opinion sur les questions qui les concernent?

  • Posté par Paraszka Gabriella, mardi 11 août 2020, 14:37

    Pourquoi on n'entend pas l'avis- et surtout l'expérience d'autres virologues, qui font sonner d'autres cloches? on voit et on entend toujours les mêmes "experts" comme s'ils étaient les seuls spécialistes en Belgique ? Qu'en est -il des études scientifiques appuyant les décisions prises? Pourrions-nous avoir un panel regroupant les virologues et urgentistes de tout bord qui débattent les questions en live et permettant au public de se forger une opinion sur les questions qui les concernent?

  • Posté par Trevisan Lucio, lundi 10 août 2020, 9:52

    Voici la comparaison avec les autres pays de l'Europe qui n'ont pas adopté le concept des "Bulles". Je ne prends que les hospitalisations qui me semblent les plus fiables. https://www.worldometers.info/coronavirus/#countries. Je ne reprends pas les décès car certains pays minimisent et d'autres comme la Belgique comptabilisent également tous les cas non certifiés Covid. Je ne reprends pas non plus les chiffres des tests positifs pour des raisons évidentes de tests massifs ou non. Certains pays ne communiquent pas les chiffres : Pays-Bas, Grande-Bretagne et Espagne. Voici donc ces chiffres : France = 1 hospitalisation pour 808 habitants - Allemagne = 1/420 - Portugal = 1/266 - Italie = 1/298 - Autriche = 1/444 - Danemark = 1/452 - Luxembourg = 1/104. La Belgique en est à 1 hospitalisation par 645 habitants. Je rappelle que la Belgique est le seul pays à adopter le système de "Bulles" en Europe. Mis à part la France qui fait moins bien que nous, dites-moi où est la plus-value des "Bulles" ? Il y en a pas, tous les autres pays font mieux que nous et sans "bulles". Qu'on ne me parle pas de densité de population le Luxembourg a une densité supérieure à nous.

  • Posté par Gillet Michel, mercredi 12 août 2020, 10:26

    Le Luxembourg a une densité de 242 h/km2. La Belgique de 374 h/km2. Vos arguments ne tiennent pas.

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 3 août 2020, 15:54

    Quels experts?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs