Les transferts d’argent depuis la Belgique vers le Maroc explosent

Les déplacements ont été restreints dans plusieurs villes du pays.
Les déplacements ont été restreints dans plusieurs villes du pays. - AFP

L’interdiction de voyager hors de l’Europe est sans doute à l’origine d’un phénomène observé par Moneytrans. Cette société, l’un des trois grands établissements d’envoi d’argent à l’étranger présents sur le marché belge, a constaté une importante augmentation des transactions en juillet.

Alors que durant les premières semaines du confinement, ses activités affichaient un recul d’environ 50 %, cette société internationale basée à Bruxelles affirme enregistrer depuis début juillet une hausse du nombre de transactions (par rapport à la même époque l’année dernière) de 200 % vers le Maroc et de plus de 50 % vers d’autres destinations comme la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Pour le CEO de Moneytrans, Jérémy De Smet, ce phénomène s’explique notamment par l’impossibilité pour les personnes d’origine étrangère de retourner dans leur pays cet été. « Les familles marocaines par exemple ont un budget consacré à leurs vacances composé du coût du carburant, des péages, du bateau, des cadeaux… Comme cette année, elles ne peuvent pas dépenser cet argent sur place ou amener du cash en mains propres, elles envoient le montant à la famille via nos services. Il faut ajouter à cela l’Aïd qui a lieu actuellement. Or ces fêtes religieuses génèrent toujours des envois de fonds supplémentaires. »

► L’Aïd au temps du Covid

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous