Accueil Société

Le scientifique Geert Molenberghs prévient : «Nous allons devoir vivre longtemps avec les bulles sociales»

Le chercheur appelle à prendre consicence de la gravité de la situation sans vaccin.

Temps de lecture: 2 min

Le professeur biostatisticien de la KU Leuven Geert Molenberghs a précisé dans les pages de Het Laatste Nieuws sa vision de la meilleure approche face à une recrudescence de cas : ramener la courbe d’infections vers le bas et fermer les frontières. Et il constate : « Il est temps d’être un peu plus réaliste. À moins que nous n’allions au fond des choses cette fois-ci et que nous ne fermions les frontières. »

« Vivez plus au jour le jour. Et si vous faites encore des projets, ou devez en faire, vous feriez mieux d’être prudent. Je ne vais pas me faire des amis dans le domaine des voyages avec ce que je dis maintenant. J’aime voyager, normalement plusieurs fois par an, mais je n’ai rien de plus prévu. Ce sera en effet un peu au jour le jour » répond le scientifique.

Geert Molenberghs appelle à prendre consicence de la gravité de la situation sans vaccin. « Nous allons devoir vivre longtemps avec les bulles sociales que nous avons en ce moment. Quand cette vague sera terminée, nous pourrons nous détendre, bien sûr. Mais pas au niveau et dans le sens du 1er juillet. En juin et début juillet, tout le monde, sauf nous, pensait : C’est fini, nous pouvons retourner à une vie presque normale avec seulement ici et là un secteur qui n’est pas encore est ouvert. »

« Non, ce ne sera pas le cas. Nous allons pouvoir faire un certain nombre de choses si nous arrivons à casser la courbe à un niveau plus profond qu’en juin. Vous pourrez alors peut-être faire un match de football avec un public à l’automne. Mais ne pensez pas à des stades pleins. Ce n’est possible qu’avec un vaccin » ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par NICODEME CLAUDE, jeudi 30 juillet 2020, 16:03

    Je suis heureux de constater ne pas être le seul à en avoir assez de ne voir que des article négatifs et alarmistes. quand le Soir ouvrira-t-il ses colonnes à des débats à tout le moins contradictoires ? Quand le Soir donnera-t-il aussi la parole à des gens tout aussi experts mais nettement moins alarmistes ou expliquant que cette épidémie est loin d'être aussi catastrophiques ? e.g. 1)le Pr. Raoult (bon lui, il est déjà assez médiatisé - mais quand le Soir le cite c'est pour le traiter de "barde marseillais" ou autre jugement idiot et pas pour extraire la substance intelligente de ce qu'il dit), 2)Le Dr. Péronne, 3) Jean-Dominique Michel 4) l'historien Christian Cannuyer 5) Michel Goldman 6) BHL.... et bien d'autres. Pour certain (5&6) il ont eu un article et c'est tout - alors que notre statisticien reçoit 2 articles (exactement identiques - sauf la photo) sur la même journée)

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 31 juillet 2020, 0:07

    Je commence à me demander si vous n'êtes pas un employé zélé d'une entreprise de désinformation systématique.

  • Posté par Andre Georges-marc, jeudi 30 juillet 2020, 14:13

    Mal traduit du Néerlandais, cet article est écrit en "petit nègre". Le Professeur Molenberghs est certes un statisticien et je répète depuis des mois que l'analyse de la crise doit être faite à partir de statistiques bien faites, mais ici, "Le Soir" ne lui fait pas analyser des statistiques. L'article tourne autour de supputations sur la comète, transformant ce statisticien en "Madame Soleil". On le sort de son élément (les chiffres) et on lui demande de prédire l'avenir. Je ne comprends pas comment ce Professeur s'est laissé piéger dans cette forfaiture. J'espère qu'un jour ses statistiques diront la vérité sur le nombre de victimes collatérales du COVID-19, celles qui auront perdu la tête à cause des manipulations dont tant de personnes sont victimes en grande partie par le fait des médias.

  • Posté par Vigneron Anne, jeudi 30 juillet 2020, 12:44

    Manifestement, cet "expert" n'a jamais vu un corps de près. Il est à mon avis rivé à son ordi toute la journée

  • Posté par massacry olivier, jeudi 30 juillet 2020, 13:14

    Et oui, et la terre serait toujours plate pour le paysan....

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko