Accueil Société

Le responsable des unités Covid 19 à l’hôpital Erasme: «Le problème c’est l’opacité dans les données, le testing et la tracing»

« Il faut élargir les tests à une population bien plus large », estime Jean-Christophe Goffard.

Temps de lecture: 1 min

Le reflux du coronavirus en Belgique inquiète et le responsable des unités Covid 19 à l’hôpital Erasme était l’invité de RTL ce jeudi afin de réagir à cette actualité. Selon Jean-Christophe Goffard, il existe un problème au niveau des chiffres. « C’est un fourre-tout qui ne nous permet pas d’avoir la finesse dans l’analyse qui nous permettrait de dire ‘attention, nous devons isoler à cet endroit-là et réagir’», a-t-il assuré.

« Le problème c’est l’opacité dans les données, le testing et la tracing, a-t-il ajouté. Il faut élargir les tests à une population bien plus large et avoir une identification des cas qui ont été en contact avec les tests positifs, de façon beaucoup plus efficace que ce que l’on fait pour l’instant. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Spilman Marie-Anne , jeudi 30 juillet 2020, 16:28

    Il est possible de factoriser le R0 à l'aide de l'équation suivante : R0 = Probabilité de transmission * Nombre de contacts journaliers * durée de la période d'infection. A l'heure actuelle, les mesures tendent à diminuer la probabilité de transmission (masques, lavage des mains) et le nombre de contacts (distanciation sociale, bulle à 5). A ce jour, les mesures prises pour la diminution de la période d'infection (diagnostic rapide, isolation des infectés) sont insuffisantes et ne permettent pas de lutter efficacement contre l'accroissement actuellement observé. La responsabilité de nos politiques dans leur obstination à ne pas mettre en place un diagnostic ouvert à tous, à tolérer des temps de traitement des échantillons exagérément longs et à ne pas surveiller les quarantaines des infectés est coupable. Constant Depièreux

  • Posté par Boucher Marie-Ange, jeudi 30 juillet 2020, 16:14

    beaucoup de spécialistes du comportement recommandent d'insuffler un vent d'optimisme pour permettre aux personnes de s'engager dans des changements de comportement mais c'est difficile en l'état de notre pays: pb de testing/tracing, scientifiques qui démissionnent des comités d'experts, le covid au coeur des discordes politiciennes, des messages contradictoires (aller en vacances, bel été, rester chez vous), pour bcp, la deuxième vague est inévitable, alors pourquoi ne pas en profiter avant le confinement? Le concept de bulle sociale (histoire belgo-belge) que presque personne ne comprend vraiment. On a été l'un des pays les plus touchés, en nombre de morts, et on se retrouve dans un climat hyper-anxiogène, avec une impression de mauvaise maitrise... aie aie aie.

  • Posté par Biot Philippe, jeudi 30 juillet 2020, 15:55

    A quoi bon comparer Anvers et Bruxelles ou Lière ou Liège, par exemple? Chaque cas est particulier. Il y a deux statistiques qui ne trompent pas: ce sont les hospitalisations....et le décès. Vous voulez désigner un vainqueur? Il gagne quoi? Les liégeois peuvent aller aux Pays-Bas sans problème et pas les anversois? Il ne manque pas de moules ou de fromage à Anvers.

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 30 juillet 2020, 15:52

    En février, l'argument de la surprise était recevable. Maintenant, plus! Et dire que certains sont en train de discuter un partage du gâteau encore plus étendu!

  • Posté par Dejolier Bruno, jeudi 30 juillet 2020, 15:32

    A Anvers, on a teste 30000 personnes et decouvert un peu plus de 1000 cas positifs. A Bruxelles, on a realise seulement 12000 tests, et trouves 298 cas. Ce avec quoi, BdW argumente: on trouve plus de cas, parce qu'on teste plus. A priori, sur le papier, exact....SAUF QUE: Est -ce qu'on trouve plus de cas parce qu'on teste plus...ou est ce qu'on teste plus, parce que plus de malades se sont presentes chez leur medecin, ont ete testes positifs, et le tracing s'est mis en place. Autrement dit, pourquoi teste t-on beaucoup plus a Anvers. Ont-ils bcp plus de capacites et de demandes de test spontanes...ou est ce a cause de la situation alarmante...? Encore un exemple de la prudence a avoir lorsque l'on analyse des chiffres. Toujours faire attention au contexte, et essayer de restituer le scenario de facon fiable... En fait, le meilleur indicateur serait: Par 100000 habitants, combien ont ete controles positifs apres une visite chez leur medecin traitant, avec des plaintes dues a la maladie ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko