Accueil Culture Livres

«Je serais incapable d’écrire un livre qui finit mal»

« Les jours brûlants » décrit la descente aux enfers de Joanne après son agression. Et sa remontée au paradis, on est chez Laurence Peyrin.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

On est dans les années 70 en Californie. Joanne a 37 ans, elle a un mari, deux enfants, une vie qu’elle aime. Et soudain, l’incident. Joanne est agressée en rue – on veut lui voler son sac. Elle est insultée, battue. Physiquement, ça va. Moralement pas. Elle est en morceaux, elle ne parvient pas à reprendre une vie normale. Alors, elle s’en va. Elle échoue à Las Vegas, trouve à se loger au-dessus d’un club de strip-tease et se retrouve derrière le bar. Elle est la reine du cocktail, elle fait des merveilles. Cette vie-là, simple, dans un milieu totalement différent du sien, va la remettre sur pied. Un roman qui tient à la fois du cocktail Shirley Temple, acidulé, de l’Atomic Cocktail, enflammé, et de l’Amaretto sour, aigre-doux.

Vous saviez comment allait finir votre roman ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs