Accueil Repenser le monde de l’après-confinement

Bas Smets: «Il faut réinventer la nature en ville, planter des arbres partout où on peut»

Les villes ont souffert du Covid. Pour Bas Smets, architecte de paysage, il y a urgence à déminéraliser, donner une place aux plantes.

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 11 min

La crise du Covid a malmené les villes : trop denses, inhospitalières en période de confinement, bouillons à virus... La crise sanitaire pourrait-elle s’avérer fatale à l’attractivité des cités ? Ce n’est absolument pas l’avis de Bas Smets, architecte de paysage, éternel expérimentateur, de Saint-Josse à Arles en passant par l’Albanie et la Californie. Il déroule son plaidoyer urbain deux heures durant, en marchant... au coeur de la nature, à l’arboretum de Tervuren. Un paradoxe ? Non, une démonstration !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Pellegrini Marie-Jo, vendredi 9 octobre 2020, 13:10

    Un des meilleurs articles publies sur ce site. Oui, mille fois oui aux arbres en ville.

  • Posté par Pellegrini Marie-Jo, vendredi 9 octobre 2020, 13:09

    Un des meilleurs articles publies sur ce site. Oui, mille fois oui aux arbres en ville.

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 11 août 2020, 0:26

    Bas Smets a raison: il faut absolument planter autant d'arbres que possible, mais comme il le dit, c'est-à-dire en choisissant les essences avec soin et science en fonction de l'état du sous-sol et en gérant correctement l'eau. (Quant à l'intelligence réelle ou non des arbres, bof!, c'est un débat sans doute assez secondaire pour l'instant et qui demandera, entre autres, une définition de ce qu'on appelle "intelligence" dans ce cas précis. Il est clair qu'il existe des interactions, les unes utiles, les autres inutiles. Quant à postuler qu'il s'agit, là, de choix "réfléchis" de la part des arbres, c'est vrai que je ne m'y risquerais peut-être pas trop vite.)

  • Posté par Diogènes Alexandre, lundi 3 août 2020, 12:12

    Est-il possible que le niveau de Le Soir soit descendu si bas au point de reproduire les propos d'un obscur architecte du paysage (publireportage et copinage obligent sans doute) du genre "un arbre est un être intelligent"? Il ne faut pas être bioingénieur, ni naturaliste, ni un rural ou un forestier, ni tout simplement être intelligent pour comprendre l'ineptie du propos que publie la journaliste. A moins que l'intelligence du lecteur soit du même niveau que celui de la journaliste: l'intelligence d'un arbre. Mais le blé $ manifestement aussi intelligent.

  • Posté par Grulois Stanislas, jeudi 6 août 2020, 9:12

    Vous êtes représentant commercial pour une marque de climatiseurs pour dire ce genre de stupidité ? En tous cas ne la ramenez pas trop sur votre propre niveau d'intelligence...

Plus de commentaires

Aussi en Repenser le monde de l’après-confinement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs