Accueil Léna

Malmenée par Trump, Cuba place tous ses espoirs en Biden

Il y a cinq ans, Washington et La Havane signaient la paix. Mais le Président des États-Unis actuel a fait machine arrière sur tout ce qu’avait construit Obama.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Le Air Force One venait à peine d’atterrir à La Havane que Barack Obama lançait déjà sur Twitter : « ¿Qué bolá, Cuba ? » C’était le 20 mars 2016, et ces salutations pour le moins familières – sur l’île, cette expression revient à dire « ça roule, la forme ? » – marquaient le point de départ du voyage historique de l’ex-président américain dans un pays qui, depuis la victoire de la révolution de Fidel Castro, était devenu l’obsession de Washington. Pour en arriver à cet instant à première vue impossible, il aura fallu un échange d’espions arrêtés par les deux pays et une négociation secrète entre les États-Unis et le gouvernement de Raúl Castro qui, après bien des rebondissements, avait débouché sur le rétablissement des relations diplomatiques le 20 juillet 2015.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, samedi 1 août 2020, 15:46

    Au-delà de l'habituel dénonciation personnelle de l'actuel président des Etats-Unis, l'article aurait pu mieux informer sur le caractère répressif à l'extrême de la dictature communiste encore en place à Cuba. La disparition de Fidel Castro n'a rien changé. La visite d'Obama n'a rien changé. Sanctionner un régime totalitaire ne peut être une mauvaise action.

  • Posté par Naeije Robert, lundi 3 août 2020, 19:53

    Vous avez raison. Cet argument fut évoqué en son temps contre les sanctions internationales qui contribuèrent à mettre fin au régime de l'apartheid en Afrique du Sud.

  • Posté par Clesse Fernande, lundi 3 août 2020, 16:48

    Je ne suis pas versé dans le quotidien des cubains mais les sanctions semblent plus toucher les habitants que le régime en place.

  • Posté par Vynckier Albert, samedi 1 août 2020, 8:30

    trump n'a pas de guerres sur les bras comme les Bush, Obama, Clinton. on lui reproche de ne pas être du sérail et de faire la guerre à son pays. les américains vont retrouver les hauts diplomates avec qui ils sont habitués qui vont leur faire gober des couleuvres mais dans les formes....vous verrez, vous ne sentirez rien, comme un virus, inodore, invisible, vous allez pouvoir vous rendormir, ne craignez rien, vous n'êtes pas concernés. trump heurte l'intelligence sociale des gens: comment un ignare pareil peut-il nous gouverner? nous valons mieux que cela, eh bien rassurez-vous, au moins vous comprenez ce qu'il se passe. il ment beaucoup? eh bien au moins, vous le savez, je préfère un imbécile menteur qu'un finaud qui me met à l'aise.

  • Posté par Stroobants Nathalie, dimanche 2 août 2020, 16:17

    @Vynckier Albert : " trump heurte l'intelligence sociale des gens " Rien que ça ? Pouvez-vous nous éclairer, nous, les ignares ?

Plus de commentaires

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs