Accueil Société

Imbroglio autour des tests avant les départs en vacances

Alors que Sciensano considère que tester des personnes asymptomatiques qui partent vers l’étranger est « sans intérêt », la demande pour ce type de tests explose. Alors que les voyages hors UE restent… interdits.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Depuis le début de la semaine, certains centres de tri font face à une nette hausse des demandes de dépistage. Au point qu’à Bruxelles, le ministre de la Santé Alain Maron (Ecolo) a annoncé vendredi une augmentation de 69 % des heures d’ouverture de ces centres. « Ces derniers jours, notamment en raison des départs et retours de vacances, les capacités de testing en Région Bruxelloise ont été mises sous tension », explique le ministre par communiqué. Il a donc cherché à « décharger les hôpitaux et les médecins généralistes de patients à faible risque, en particulier les touristes souhaitant partir à l’étranger ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Marco Polo, dimanche 2 août 2020, 14:19

    "Tout voyage vers le Maroc ou vers n’importe quel pays hors Europe est donc bien interdit." C'est assez clair, il me semble. Donc basta, pas de test pour ces personnes! ("Seules les personnes ayant la double nationalité peuvent échapper à cette interdiction, même si personne n’encourage ces voyages...")

  • Posté par Delrez JEAN, samedi 1 août 2020, 18:28

    Pauvre pays. Il est soi-disant convenu d augmenter les tests jusqu'à trente milles jours et la région bruxelloise est déjà sous tension avec ces tests vacances. Jamais nous ne pourrons tester comme il prescrit par l OMS. Des effets d annonce, rien d autre. Il est démontré que ce pays ne teste pas assez, ce qui entraîne en partie le rebond actuel

  • Posté par Lopes Helena, samedi 1 août 2020, 15:15

    Je remarque que c'est pourtant en grande partie grâce à cest tests "sans intérêt" que l'on s'est rendu compte que l'épidémie était repartie en Belgique... Autrement il aurait fallu attendre une augmentation des cas plus graves (symptomatiques et malades) pour prendre des mesures pourtant essentielles si on veut contrôler la propagation de la pandémie.

  • Posté par PAEME FREDERIC, samedi 1 août 2020, 13:40

    Il est plus que temps que le ministre des affaires étrangères rappellent clairement les règles en matière de déplacements à l'étranger...

  • Posté par Casier Etienne, samedi 1 août 2020, 13:11

    La capacité de testing n'étant pas infinie (limitée par les moyens humains, les réactifs, la logistique etc.) l'autorité publique doit réguler la demande des "tests de confort" (voyages etc.) en fixant un nombre maximal par jours pour ce genre de test. L'accès à ces "tests de confort" pourrait être soumis par exemple à accord préalable de la commune où réside celui qui veut se faire tester. L'autorité communale pourra vérifier si de tels "tests de confort" sont bien justifiés.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs