Négociations fédérales: «le MR est là pour mettre de l’huile dans les rouages, pas de l’huile sur le feu», indique Denis Ducarme

Négociations fédérales: «le MR est là pour mettre de l’huile dans les rouages, pas de l’huile sur le feu», indique Denis Ducarme
Pierre-Yves Thienpont

Au lendemain des attaques de Bart De Wever envers le MR, l’Open Vld a indiqué samedi que la « famille libérale » restait prête à entamer des négociations pour la formation d’une nouvelle majorité fédérale.

« Ce que le PS et la N-VA avancent comme contenu doit être adapté », a commenté samedi l’Open Vld. « La famille libérale reste disponible pour entamer des négociations », a ajouté le parti flamand, réaffirmant ainsi son alliance avec son coreligionnaire francophone dans ces négociations.

Interrogé par nos confrères de la RTBF, le président du MR, Georges-Louis Bouchez n’a pas souhaité réagir aux propos de Bart De Wever. Ni au sujet de ce qui s’apparente à une éviction claire de la table des négociations.

Denis Ducarme, quant à lui, se veut moins réservé que son président de parti, sans vouloir « entrer dans la polémique ». Pour le ministre fédéral « le MR est là pour mettre de l’huile dans les rouages pas de l’huile sur le feu ».

Vendredi, le préformateur Bart De Wever (N-VA) se disait persuadé à 99,9 % que la « bulle de cinq partis » reprenant PS, SP.A, CD&V, cdH, et N-VA peut former un gouvernement d’ici deux à trois semaines, mais cette bulle ne représente que 70 sièges et en a besoin de cinq de plus pour constituer une majorité.

Une chose est sûre, Bart De Wever ne regarde pas en direction du MR car « personne n’est encore partisan du MR au gouvernement », a-t-il affirmé vendredi soir, au micro de VTM.

En s’exprimant de la sorte, M. De Wever a confirmé le constat, fait auparavant dans le camp socialiste francophone, de l’existence d’un socle de cinq partis, mais il va plus loin en excluant d’emblée le MR des formules d’élargissement. Pour le président de la N-VA, le MR se sent bien au gouvernement actuel où il compte sept ministres. Il ne veut encore venir à la table des négociations que pour les faire échouer.

Sur le même sujet
GouvernementMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous