Accueil Belgique Politique

L’inquiétude grandit chez les professeurs de morale

Déjà bousculés par le cours de rien, les profs de morale s’inquiètent (et fort) de leur avenir. Ils souhaitent bénéficier d’une priorité pour enseigner le futur cours de philo/citoyenneté. A ce stade, ils n’ont reçu aucune garantie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

En mars 2015, la Cour constitutionnelle décrétait que le cours de morale dispensé à l’école publique n’était plus neutre et que les élèves avaient donc le droit de s’en faire dispenser – du cours de morale comme des cours de religion.

Cet arrêt a forcé la Communauté française à ficeler vite-vite une alternative : le cours de rien (dit plus officiellement : Encadrement pédagogique alternatif, ou EPA), introduit dans la grille à l’automne 2015. L’arrêt a aussi précipité la création d’un cours de philosophie et citoyenneté, qui sera introduit au primaire en septembre 2016, au secondaire en septembre 2017, et qui remplacera le cours de rien.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs