Annulation de voyage en zone rouge ou orange: quels sont vos droits?

Annulation de voyage en zone rouge ou orange: quels sont vos droits?

Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test-Achats était invité du RTL Info de 13h. Pour lui, il existe plusieurs types de situation. Premièrement, dans le cas d’une réservation via un intérmédiaire de voyage, comme une agence de voyage ou un tour-opérateur, « c'est à lui ou elle qu'il faut s'adresser pour annuler le voyage. Il y aura alors une discussion avec un éventuel remboursement ou une alternative qui peut vous convenir. »

Deuxièmement, vous avez organisé le voyage vous-même. « Dans ce cas, vous devez prendre vous-même l'initiative des démarches: voir avec les hôteliers, les prestataires sur place ce qu'il est possible de faire, vérifier les conditions générales. Vous pouvez évidemment utiliser l'argument de la force majeure puisque cet avis négatif de voyage s'impose à vous comme à tout le monde et donc vous devez à tout le moins négocier ou obtenir le cas échéant le remboursement des prestations qui ont été payées", explique-t-il.

Il est plus facile d’invoquer l’argument de la force majeure pour les voyages en zone rouge. Concernant les voyages en zone orange, la situation est plus complexe. "Le problème de la zone orange, c'est qu'on ne vous interdit pas de voyager. On vous appelle à plus de vigilance, à plus de prudence et on vous recommande une quarantaine et un dépistage à votre retour. Mais ça ne vous empêche pas de voyager et donc vous n'aurez pas les mêmes arguments vis-à-vis des prestataires que pour la zone rouge qui interdit purement et simplement le voyage. Dans la zone orange, vous pouvez voyager, ce n'est pas interdit et donc vous n'obtiendrez sans doute pas une annulation et un remboursement comme vous pourriez le faire pour la zone rouge", met en garde Jean-Philippe Ducart.

Le porte-parole rappelle que Test-Achats avait, dès le début du mois de juin, appelé les consommateurs à la prudence avant de réserver un voyage. « L'alternative absolue, c'est de rester en Belgique et de faire du tourisme en Belgique. Cela va en décevoir pas mal mais c'est malheureusement la solution », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous