Accueil Monde Europe

Suisse: incompréhension après le classement de la région lémanique en zone rouge

« Cette décision est incompréhensible et choquante », a notamment réagi le conseiller d’Etat valaisan en charge de l’économie sur les ondes de la RTS.

Temps de lecture: 3 min

Plusieurs responsables politiques suisses ont exprimé, dimanche, leur surprise et leur mécontentement après la décision, samedi, des autorités belges de placer la région lémanique – qui englobe les cantons de Genève, Vaud et du Valais – en zone rouge, ce qui entraîne une interdiction de séjour en raison du Covid-19.

« Cette décision est incompréhensible et choquante », a réagi dimanche le conseiller d’Etat (ministre) valaisan en charge de l’économie Christophe Darbellay sur les ondes de la RTS. « Le canton du Valais maîtrise bien le Covid-19. La situation à Genève est beaucoup plus alarmante », a-t-il commenté.

Le conseiller national (député) Matthias Bregy qualifie lui aussi la décision belge d’incompréhensible et en appelle au département helvète des Affaires étrangères d’intervenir auprès de la Belgique. Le canton de Vaud demande lui aussi une intervention diplomatique pour une révision de la décision belge sans délai.

Côté suisse, on souligne que sur les 14 derniers jours, le taux de nouvelles infections a atteint 23 cas pour 100.000 habitants dans le canton de Vaud, et de 10 dans le Valais, alors qu’il est de 44 en Belgique.

« On ne sait pas sur quels critères la Belgique se base »

« Vaud est pratiquement à la moitié du taux d’infection belge », fait remarquer Philippe Leuba, le ministre vaudois de l’économie. « On ne sait pas sur quels critères la Belgique se base », a reconnu de son côté sa collègue en charge de la santé, Rebecca Ruiz.

La Suisse est également intervenue auprès de l’UE pour éviter que d’autres pays européens n’adoptent la même mesure que la Belgique.

Mi-juillet, la Belgique avait temporairement considéré le canton du Tessin comme une zone à risque. Après des protestations de ce canton, la Belgique avait finalement fait marche arrière.

Le classement de la région lémanique en zone rouge aussi suscité quelques étonnements en Belgique. Ainsi dimanche sur Facebook, le député bruxellois Emmanuel De Bock (DéFI) s’interroge : « La Belgique met 20 % de la Suisse en zone rouge le jour de leur fête nationale et prend en otage tous les Belges qui devaient y passer une partie des vacances d’août alors que la Suisse compte quatre fois moins de contaminations par habitant que la Belgique. Interdire de se rendre à Genève, dans le Vaud et le Valais alors que la Suisse connaît un taux de contamination bien moins élevé que la Belgique… A ce compte-là, on devrait mettre toute la Belgique en zone rouge et nous-mêmes ne plus sortir de sa région », ironise-t-il.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par CRAMA Guy, lundi 3 août 2020, 7:55

    L'histoire de la paille et de la poutre ! Il est plus aisé de pointer la Suisse que d'avoir la courage de s'en prendre aux vrais problèmes belges : quelques clusters bien identifiés mais intouchables. Les quartiers de non-droits existent depuis très longtemps partout en Belgique (et ailleurs !)

  • Posté par Delvaux Alain, lundi 3 août 2020, 1:24

    Ça devient complètement ridicule. Sur quelle méthodologie se basent-ils pour mettre leurs différentes couleurs : ratio (nbre personnes covid-19+ /nombre de personnes testées), nombre absolus de personnes testées Covid-19+, personnes testées covid-19+ dans les zones de vacances,...Est-ce que la méthodologie est commune à tous les membres de l'Europe ?

  • Posté par Desmet Marc, dimanche 2 août 2020, 21:45

    Ce qui est incroyable, c'est que quelques personnes en Belgique puissent déclarer que tel pays ou tel région étrangère soit en zone orange ou rouge. Imaginons simplement Bartje mettre Bastogne en zone rouge... Pas sûr que les Wallons soient d'accord. Que les "experts" s'occupent (si ils s'y retrouvent encore) de la Belgique, la Suisse se gère très bien seule depuis des centaines d'années.

  • Posté par Cornet Fr., dimanche 2 août 2020, 19:26

    L'argument de Coppieters reconnaissant que la crise en Suisse est bien moindre qu'en Belgique, mais qu'il y aurait des clusters dans les bars vaudois ou valaisans est d'un ridicule. Le Suisse étant d'une nature bien plus réservée et distante que nos piliers de bars entassés autour du zinc.

  • Posté par Cornet Fr., dimanche 2 août 2020, 19:22

    Je rêve d'une gestion de la crise comme celle de la Suisse. Cette décision dépasse largement le raisonnable. Les décideurs auraient-ils une dent contre la réussite suisse ? Avec un virologue qui fricote avec extrême gauche sur tous les écrans, dans tous les journaux, on peut tout imaginer la jalousie dicter ses pauvres conseils.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une