Accueil Belgique Politique

Négociations fédérales: le MR pointé du doigt, Ecolo invité à la table

A en croire Bart De Wever, plus personne ne veut du MR. Aucun autre parti ne le dit ainsi. Mais « il y a un souci avec les libéraux », entend-on en coulisses. Les préformateurs ont invité les verts à discuter ce mardi.

Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

Oserait-on encore l’écrire, quatorze mois après les élections ? Les négociations en vue de la formation d’un gouvernement fédéral devraient connaître une énième semaine cruciale. Les préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) doivent faire rapport au Roi ce samedi 8 août. Et donc tenter d’associer d’ici là, pour obtenir une majorité, au moins un autre partenaire aux cinq partis prêts à négocier que sont le PS, la N-VA, le CD&V, le SP.A et le CDH, qui ne disposent que de 70 sièges sur 150 à la Chambre. Dès vendredi toutefois, le président de la N-VA cadrait cet élargissement potentiel, en lançant : «Personne n’est encore partisan du MR au gouvernement.» Autrement dit : le seul parti francophone s’étant allié jusqu’ici à la N-VA est exclu par le même parti nationaliste. Mais les autres partis sont-ils vraiment sur la même longueur d’ondes ?

On ne trouve personne pour le dire aussi nettement que De Wever ou pour formuler une exclusive. Mais en coulisses, plusieurs s’irritent de l’attitude des libéraux, singulièrement de la publication de leur note de revendications la semaine dernière, parallèlement au travail des préformateurs. « Il y a un souci avec les libéraux », admet-on à bonnes sources. D’autant, argumente-t-on, qu’ils veulent accentuer la dégressivité des allocations de chômage et plafonner la norme de croissance des soins de santé, « au moment où le corona fait de nouveaux chômeurs et où l’on ne peut couper dans les soins de santé. Impossible ! » Sans parler de la réticence bleue à accepter une nouvelle réforme de l’Etat.

Voilà pour le fond – sachant que le coup de sang de Bart De Wever visait aussi à mettre la pression sur les libéraux, singulièrement le VLD qu’il espère déscotcher du MR.

« Le problème aujourd’hui, ce n’est pas le MR mais Georges-Louis Bouchez »,

Mais sur la forme aussi, on s’inquiète, en visant le président du MR Georges-Louis Bouchez personnellement : « Le problème aujourd’hui, ce n’est pas le MR mais Georges-Louis Bouchez », ose même un négociateur. « Il est insaisissable. Et obnubilé par la presse. Il y a un déficit de confiance à son égard. » « D’autant qu’il est l’auteur de fuites, ce qui ne crée pas un climat de confiance », abonde-t-on ailleurs. L’impression partagée étant que les libéraux voudraient faire avorter la tentative de Magnette et De Wever, comme le craint aussi le président du CDH dans l’interview ci-contre. « On n’a pas le sentiment qu’ils sont de bonne volonté, mais plutôt qu’ils s’accrochent au gouvernement Wilmès », nous glisse-t-on.

Les libéraux renvoient évidemment la balle dans le camp opposé, jugeant que ces attaques masquent plutôt des dissensions (notamment institutionnelles) entre socialistes et nationalistes. Quoi qu’il en soit, les verts aussi sont interpellés par le club des cinq : « Ecolo devrait gérer sa victoire électorale et assumer de prendre des risques », entend-on. « Pour le moment, les verts sont au balcon. » Mais ils en descendront au moins temporairement : ce mardi, ils ont en effet été invités à un rendez-vous avec les préformateurs, donc avec la N-VA aussi. Qu’Ecolo avait refusé de rencontrer précédemment.

Sans avancée avec les verts ou les bleus pour la fin de semaine, certains prédisent la fin de l’aventure PS-N-VA…

Retrouvez l’entretien de Maxime Prévot sur Le Soir+: «Pas de veto mais on ne comprend plus l’attitude du MR»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

27 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 3 août 2020, 18:42

    @ Roland Douhard. Le MR est le 4e parti du pays et 2e de francophonie (au gouvernement wallon, je vous le rappelle). Pour ce qui est de l'obsolescence, on en est encore loin. Je vous rappelle qu'en mai 2019, le MR a perdu 16 sièges sur les 3 assemblées, là où le PS en a perdu... 14 (15 en comptant celui d'Emir Kir). Et en Wallonie, le PS en a perdu 2 de plus que le MR! Alors que le PS n'a même pas l'excuse d'avoir été au pouvoir pour justifier ses pertes (sauf à Bruxelles). Et donc, si le MR est en capilotade, le PS le suit de très près (1 ou 2 sièges).

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, lundi 3 août 2020, 17:44

    GLB est le fossoyeur du MR ... en ce qui me concerne, cela ne me dérange absolument pas !!!

  • Posté par Deckers Björn, lundi 3 août 2020, 15:07

    Stéphane Dupont, cessez un peu de venir étaler de manière très impudique votre ignorance. Le MR pour votre information a négocié, signé et voté la sixième réforme de l'Etat. Le MR a lui aussi voté la scission de BHV, d'une partie de la sécurité sociale (dont 9 ministres de la santé!!!). Rien ne vous oblige a exposer ainsi votre indigence. Le MR n'est en rien moins responsable que le PS. Et du reste, je me demande bien ce que vous auriez pu négocier d'autres en 2010-2011. On y serait encore!

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 3 août 2020, 18:55

    La 6e réforme de l'état, que j'ai toujours qualifiée de "scélérate", a été une capitulation en ligne de tous les partis francophones, à l'exception du FDF d'alors qui a résisté autant qu'il a pû avant de quitter le champ de bataille. Ça lui a coûté cher, puisqu'il a dû quitter le MR et vivote maintenant sous l'appellation DéFI. Vous demandez ce qu'on aurait pû ou dû faire alors? Et bien, faire comme le FDF et dire "non". Ils ont tous dit "non" avant, la main sur le coeur, MR compris donc et vous faites bien de le rappeler, comme quoi pas de split de BHV sans élargissement de la région BXL. Et qu'est-ce qu'on a eu? Split de BHV et pas d'élargissement de la Région, avec en prime une aggravation des facilités, une communauté urbaine qui n'existera jamais et un refinancement minable de la région. Cette 6e réforme de l'état appelait forcément la 7e qui vient et qui instaurera un simili-confédéralisme, qu'on appellera "Belgique 2.0" pour ne pas dire le gros-mot. Et aujourd'hui on agoni d'insultes le MR qui dit clairement qu'il ne veut pas de nouvelle réforme de l'état si ce n'est pour RE_fédéraliser certaines compétences.

  • Posté par Roland Douhard, lundi 3 août 2020, 11:24

    Quelle erreur du MR que d'avoir confié les rênes du pouvoir à Georges-Louis Bouchez ! Psycho-rigide sur le plan personnel, enivré par sa propre personne, arrogant et maladroit en matière de communication, donneur de leçons inutiles, enfin, pas que à droite toute, réellement réactionnaire, ce qui, dans un Etat tel que celui de la Belgique, revient à vouloir tout bloquer au nom d'une nostalgie belgicaine totalement hors sujet et d'une vision du monde bipolaire. Il est une catastrophe ambulante pour son parti qui s'aperçoit un peu tard que ce profil à la Boris Johnson, coiffure hirsute comprise, l'enferme chaque jour davantage dans une posture stérile. M. Bouchez a oublié ou ne l'a jamais su - dans les deux hypothèses, c'est impardonnable - que le libéralisme quand il se réduit à l'individualisme, tournant le dos aux dimensions sociales et collectives de l'aventure humaine, signifie l'appauvrissement de la pensée, l'assèchement du goût des autres et l'isolement. C'est ce qui arrive à une famille politique qui a cru erronément qu'être excessivement pourvu en postes prestigieux par les circonstances lui permettait d'ignorer intelligence, réalisme et humilité.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une