Jan Stroobants, chef des urgences à Anvers: «La première vague a été explosive, la deuxième peut être beaucoup plus importante»

Jan Stroobants, chef des urgences à Anvers: «La première vague a été explosive, la deuxième peut être beaucoup plus importante»
EPA

Dire que la deuxième vague semble plus lente que la première, cela n’a pas de sens. Le virus s’est répandu plus largement dans la société. C’est pourquoi il est si important que les mesures soient respectées. C’est la seule chose qui puisse nous sauver. Dans le cas contraire, c’est une tragédie qui nous attend, et qui surpassera la première vague. »

Le journal Het Laatste Nieuws a interviewé Jan Stroobants, le chef du service des urgences du ZNA Middelheim Anvers et président de l’Association belge des médecins urgentistes, qui alarme sur l’arrivée de la seconde vague.

Au sujet de la perte de puissance de virus, le médecin alerte : « Je crains cette deuxième vague, car les courbes de mars et celles d’aujourd’hui ne peuvent pas être comparées. Lors de la première vague, nous avons eu un coup en une fois : la conséquence des vacances de Carnaval et des gens qui revenaient des stations de ski. Maintenant, à partir du moment où les mesures ont été prises, le virus s’est répandu de manière plus diffuse dans la société. »

« La première vague a été plus explosive, mais plus limitée aussi. Le virus s’est maintenant répandu plus progressivement mais plus largement. C’est pourquoi il est si important que les mesures pour empêcher la propagation du virus soient respectées. C’est la seule chose qui puisse nous sauver. Nous avons toujours la situation sous contrôle. Mais il faut être très strict. S’il y a trop de non-respect des mesures, un drame nous attend, qui surpassera la première vague » ajoute-t-il.

Sur le même sujet
Het Laatste Nieuws
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous