Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: «Ce que masquent les évidences: la famille, les frontières et les foins»

Dans une carte blanche, David Paternotte, chargé de cours en sociologie (ULB), interroge les « certitudes » derrière les mesures et recommandations liées à la crise sanitaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

En temps de crise, il n’est pas rare d’invoquer des vérités supposées éternelles. Ces « certitudes » sont rarement interrogées et s’imposent avec l’évidence de ce qui aurait toujours fonctionné. Si, en mars dernier, l’urgence du confinement aidait à comprendre le retour en force de ces réflexes éculés, leur omniprésence aujourd’hui suscite l’étonnement. Trois d’entre elles sont discutées ici : la famille, les frontières et les foins.

La semaine dernière, le CNS (Conseil national de sécurité) a décidé de réduire les contacts sociaux de 15 à 5 personnes. Si beaucoup ont mis en doute la proportionnalité et l’efficacité de la mesure, peu ont souligné le conditionnement de ce droit, précédemment individuel, à l’accord d’un collectif : son foyer. En outre, si la bulle est définie en droit par les personnes avec lesquelles on partage un toit, cette notion est souvent réduite à la famille nucléaire dans le débat public, soit deux parents et leurs enfants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Andre Georges-marc, mardi 4 août 2020, 15:36

    Difficile à lire et pourtant si juste. Un sociologue n'écrit pas comme un scientifique ou un économiste, mais, même s'il faut relire certaines lignes, cette carte blanche est très juste.

  • Posté par Collet Didier, mardi 4 août 2020, 16:52

    La carte blanche remet pas mal d'idées à leur place... - C'est vrai pour la cellule familiale, avec toutes ces familles séparées; - pour les frontières, il n'y a pas que des "touristes" mais les personnes qui travaillent et qui "voyagent" dans le cadre de leur travail, surtout dans un pays siège de nombreuses institutions... - Et enfin pour le danger des villes, ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un balcon ou un jardin, ont plus de mal à vivre le nouveau "confinement"... J'ai bien aimé aussi cette carte blanche. Bravo à l'auteur et au site de la mettre en valeur. Cela fait vraiment réfléchir...

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs