Accueil Société

Steven Van Gucht: «Il est clair que nous sommes dans une deuxième vague»

Pour le porte-parole interfédéral il est important que le nombre d’hospitalisations se stabilise.

Temps de lecture: 2 min

Le virologue Steven Van Gucht tente de redonner de l’espoir dans les pages du quotidien Het Laatste Nieuws : « Le coronavirus lui-même ne disparaîtra pas, mais il se comportera à l’avenir comme une infection bénigne. Mais un retour à la vie normale nécessite quelques mois de patience supplémentaires. Continuons, cela finira par passer. »

L’expert et porte-parole interfédéral reste toute fois sur ses gardes. « Il est clair que nous sommes dans une deuxième vague. Le nombre d’infections est en augmentation et ce n’est pas vraiment une petite augmentation. Nous ne savons pas combien de temps cela va durer et combien les courbes vont s’élever. Mais cette deuxième vague ne doit pas nécessairement avoir des conséquences dramatiques. Les ajustements effectués par le Conseil national de sécurité peuvent fonctionner. »

Au sujet des derniers chiffres sur les hospitalisations, Steven Van Gucht rappelle qu’il « est important que le nombre d’hospitalisations se stabilise maintenant. Sinon, on pourrait très rapidement aller dans la mauvaise direction. »

« Beaucoup de gens réagissent de manière critique : pourquoi être strict quand il y a encore tant de lits vides à l’hôpital ? Mais nous ne pouvons pas attendre le moment où ils seront à nouveau pleins, nous devons intervenir avant ce point critique et garder une longueur d’avance sur le virus. Nous devons agir tôt pour la maîtriser autant que possible, et non pas quand il est trop tard » ajoute-t-il.

A lire dès maintenant...

> Yves Coppieters: «Sans tests massifs, on risque de se retrouver dans la même situation qu’en mars»

> Bulle sociale: comment quelques experts ont fait plier les politiques

> Le guide pour tout comprendre aux «bulles» sociales

> Déconfinement: la bulle, un concept belge qui n’est pas forcément le meilleur

> Le fédéral durcit ses mesures et pousse Anvers à décréter un couvre-feu

> L’édito : il n’est jamais trop tard pour un moment de courage

> La deuxième vague, c’est l’histoire d’un super-contaminateur…

> Le virus serait-il plus contagieux qu’en mars?

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Hans José, mardi 4 août 2020, 17:15

    @ Gérard A. Les courbes sont très éclairantes en effet. Comment ose-t-on déformer à ce point la vérité ? Que cet "expert" annonce qu'une 2ème vague se profile, c'est une prévision qui n'engage que lui (quoique, depuis plusieurs semaines, on nous dit attendez dans 14 jours... et on attend toujours). Mais qu'il dise que nous sommes entrés dans une 2ème vague, c'est carrément se moquer du monde. Les courbes indiquent tout au plus qu'il reste à peine assez d'eau pour se mouiller le bout du pied, alors une vague...

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 4 août 2020, 18:42

    Avez-vous lu l'article ? M. Van Gucht est plutôt rassurant. Il constate que nous sommes dans une 2e vague puisqu'il y a bien actuellement une augmentation des contaminations et des hospitalisations. Il conseille de rester prudent pour garder le contrôle de cette 2e vague, dont il ne dit pas qu'elle est grave (bien que personne ne puisse avoir de certitude pour l'avenir). Est-ce vraiment si contraignant de respecter les consignes de sécurité sanitaire tout en surveillant l'évolution de la pandémie chez nous ? Le port du masque, l'hygiène, le respect de la distance physique constituent-ils une telle atteinte à nos libertés ?

  • Posté par Gérard A, mardi 4 août 2020, 15:46

    Une vingtaine de nouvelles hospitalisations par jour dont on peut déduire une vingtaine de sortie. Le solde tend vers ZERO. Réjouissons-nous. Le virus est en train d'agoniser et de devenir aussi peu grave qu'un gros rhume. Voici les belles courbes vertes de Sciensano pour le confirmer encore faut-il être capable de voir et d'admettre l'évidence https://datastudio.google.com/embed/reporting/c14a5cfc-cab7-4812-848c-0369173148ab/page/uTSKB

  • Posté par Peeters P, mardi 4 août 2020, 13:20

    Une deuxième vague? Une vague pour essayer de maintenir l'anxiété et la peur chez les citoyens sans doute OUI. Voici le baromètre le plus important, il n'y a pas de quoi faire peur bien au contraire: Le 13 mars, 24 lits étaient occupés aux soins intensifs. 22 jours plus tard, il y en avait 1.245. Le 13 juillet, 23 lits étaient occupés aux soins intensifs. 22 jours plus tard (aujourd'hui), il y en a 54.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 4 août 2020, 14:03

    Quel serait selon vous l'intérêt d'"essayer de maintenir l'anxiété et la peur chez les citoyens" ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko