Accueil Société

2. Les rapports de police sont désuets

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

En Belgique, lorsqu’une arme est saisie dans un dossier criminel, elle est déposée au greffe et un formulaire est rédigé. C’est un « formulaire 10 » qui reprend ses caractéristiques et qui va être envoyé au Banc d’épreuve de Liège, au greffe, à la police fédérale. « Est-ce que ce formulaire est bien rempli ?, s’interroge le commissaire en retraite Fiévez. La plupart du temps, non. Certains agents marquent n’importe quoi, simplement parce qu’ils ne connaissent pas les armes. » Remplir le formulaire représente une corvée. « Quelle que soit l’arme saisie, un examen attentif s’impose : ce n’est pas parce qu’un pistolet est marqué FN ou Mauser qu’il l’est vraiment (voir Le Soir de samedi). Ce peut être une arme totalement maquillée, un pistolet tchèque ou est-allemand maquillé… et si on ne distingue pas ce maquillage, la recherche sur son numéro de fabrication ne donnera aucun résultat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs