Accueil Société

Serge Lipszyc (Comité R): «Prédire l’arrivée du Covid n’était pas une mission du renseignement belge»

Grand entretien avec le président du Comité permanent R, Serge Lipszyc, chargé du contrôle des services de renseignement. Outils numériques à la traîne, espions étrangers, mandataires politiques… : les dossiers chauds ne manquent pas. Et la crise sanitaire vient tout chambouler.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 11 min

Le président du Comité permanent R, Serge Lipszyc, accorde au Soir et à Knack sa première grande interview. Le gendarme des services de renseignement, en poste depuis un an et demi, ne manque pas de travail : les renseignements militaires (le SGRS) sont en pleine réforme ; la présence d’espions étrangers en Belgique est « une vraie préoccupation ». Pendant ce temps-là, les services de sécurité du pays ne sont toujours pas irréprochables, quatre ans après les attentats. Alors que la crise du coronavirus vient fragiliser le budget. Entretien déclassifié.

La Belgique a compris tardivement qu’elle serait touchée par le Covid-19. Les services de renseignement belges auraient-ils dû prédire cette crise ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Fernande LOMBARD, mercredi 5 août 2020, 12:44

    > Le SGRS (agence de renseignement militaire) n’a plus d’attaché de défense à Pékin... < Cela n'est pas trop préoccupant en ce sens que les Etats-Unis ont tout ce qui leur est nécessaire et même bien au delà du superflu sur place.

  • Posté par Henry Christophe, mercredi 5 août 2020, 8:26

    Je suis persuadé que le débat communautaire pourrait être mené d'une autre manière en Belgique. Il est évident qu'il est nécessaire et qu'un retour à une Belgique unitaire est impossible, on imagine mal par exemple aujourd'hui un ministre fédéral de l'enseignement ou de la culture. Par contre certains o voulut tout scinder par principes. Ce débat a monopolisé l'attention de beaucoup de trop de dossiers ces 20 dernières années. On peu dire que dans bien des domaines la Belgique n'est as entrée au 21ème siècle et fonctionne toujours avec des méthodes obsolètes. Elle n'est plus du tout moderne. La NVA et maintenant le VB entraîne tout le pays dans des dossiers parasites qui nous ont fait perdre le sens des priorités. Je reconnais qu'il y a deux démocraties en Belgique (même trois car Bruxelles a maintenant sa propre identité) mais ce débat a oblitéré trop de choses importantes et certains ont littéralement pourri la Belgique pour arriver à leurs fins.

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs