Accueil Société

Trafics d’armes: les sept péchés capitaux de la Belgique

La Belgique n’a pas de responsabilité particulière dans l’approvisionnement en armes des terroristes. Mais elle est l’un des nombreux ventres mous d’Europe de l’Ouest.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 18 min

Si des terroristes ont pu réaliser leurs attentats grâce à des armes héritées des guerres des Balkans, la responsabilité n’en incombe pas aux seuls pays de l’Est – pays d’origine de l’écrasante majorité des armes – mais aussi aux pays d’Europe de l’Ouest, incapables de se mobiliser à l’échelle nationale et européenne pour pister et éradiquer des armes de guerre circulant depuis un quart, voire un demi-siècle.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs