Une nouvelle activité «très relaxante» née pendant le confinement

Avec l’aide de son père, Sophie a travaillé la terre de sa parcelle et a planté une soixantaine de graines en tout genre.
Avec l’aide de son père, Sophie a travaillé la terre de sa parcelle et a planté une soixantaine de graines en tout genre. - Sophie De Bruyne.

Depuis le début du confinement, cultiver son propre potager est devenu le passe-temps de beaucoup de Belges. Sophie De Bruyne, 24 ans, a voulu se lancer en avril, alors qu’elle n’avait pas de jardin. « Près de chez moi, à Jette, il y a toujours eu des potagers collectifs et ce concept m’intéressait. » Après quelques recherches, la jeune femme a décidé de louer une parcelle de potager dans la commune flamande de Dilbeek. 55 m2, la plus petite taille. « Je n’avais pas envie de passer le confinement et l’été sur ma terrasse, donc autant créer mon propre petit jardin. »

Pour Lia, 21 ans et étudiante en écriture multimédia, c’était aussi une grande première. Début mai, alors qu’elle suivait ses cours à distance, elle s’est rendue dans une pépinière pour acheter des graines et faire pousser des plantes aromatiques chez elle. « J’avais aussi acheté des kits tout faits pour planter des poivrons. » Elle a ensuite construit des cagettes en bois et bêché la terre de son jardin pour agrandir son potager. « Fraises, patates, betteraves, carottes, choux, concombres, salades, brocolis et plusieurs variétés de tomates et de courgettes… En plus des aliments, j’ai aussi planté des fleurs. »

Avec l’aide de son père, Sophie a également travaillé la terre de sa parcelle et a planté une soixantaine de graines en tout genre. « C’était tard pour la saison, certaines choses ont pris plus de temps à pousser. » Aujourd’hui, ses récoltes s’accumulent. « On ne sait pas forcément tout garder dans son frigo, c’est bien trop pour ma consommation personnelle. Par exemple, j’ai beaucoup de plans courgettes et de salades. »

Sophie a alors mis quelques légumes et confitures faites maison en vente à petit prix sur sa page Instagram. « Mon entourage, mes amis proches et ma famille me les achètent. En général, tout part. » Son but n’est pourtant pas de lancer un commerce, mais de découvrir une nouvelle activité, qui est à présent devenue une passion. Lia, quant à elle, consomme l’entièreté de ses productions avec sa famille. Cette expérience lui a donné envie de s’intéresser aux producteurs locaux. « Leurs légumes sont de bien meilleure qualité et ont plus de goût que ceux qu’on trouve en grande surface. Ça m’encourage aussi à cuisiner et tester de nouvelles recettes car je ne veux pas gâcher ce que je cultive. »

Une routine post-confinement

Les deux femmes veulent continuer à entretenir leur potager après les vacances d’été. Il faut néanmoins être capable d’insérer cette routine dans son emploi du temps. « On prend très vite le pli », explique Lia. « Avant de partir au travail le matin, j’ai pris l’habitude de regarder l’état de mes plantes. Puis le soir, je fais un tour pour tout arroser. » Quand Sophie n’a rien de prévu, elle reste parfois toute l’après-midi dans son nouveau jardin. « Ça peut être à la portée de tous quand on a un petit bout de terre. C’est enrichissant et gratifiant d’avoir sa petite production locale. » Durant le confinement, Lia voyait cela comme une simple occupation. « Maintenant qu’on s’est déconfiné, ça m’apporte un certain calme : c’est très relaxant. »

Sur le même sujet
Gastronomie
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bénédicte Linard: «Dans ce plan, il n’y a plus de proposition de tenir un festival de 70.000 personnes au mois de juillet...»

    Déconfinement: nouvelle déception en vue pour la culture? La ministre Linard se dit «inquiète»

  2. La Bourse de New York.

    Les marchés boursiers surévalués? Pourquoi il faut relativiser

  3. Dans les rues désertées de New Delhi, ce mardi, la police a réinstallé ses barrages de contrôle sanitaire pour faire respecter le confinement.

    Inde: New Delhi sous le choc d’une flambée de covid

La chronique
  • Et sinon, à part ça?

    C’est le voisin, la collègue, la famille, le dentiste, les copains, c’est tous ceux qu’on croise, tous ceux qu’on appelle. On démarre tranquillement sur le soleil, le boulot, les enfants, comme on l’a toujours fait, et voilà qu’irrévocablement, irrémédiablement, il se pointe : le coronavirus. Comme un gros malpoli qu’il est, sans prévenir, sans qu’on l’ait invité.

    Tous les dialogues se ressemblent désormais : « Oui, je fais des pompes et des abdos, histoire de garder la forme (appareillage tout en douceur, la mer est calme). Quoi ? Non, c’est pas les muscles, je me frotte le bras parce que j’ai un peu mal, je me suis fait vacciner hier (paf, l’iceberg !). C’est fou, avec Patrick, on s’est inscrits le même jour et lui, on l’a envoyé à Ronquières et moi, à Tubize. Lui Astra et moi Pfizer ! Quel bordel, tu y comprends quelque chose, toi (glou glou glou) ? »

    Avec ses variants : (anglais) « Sorry, sweetie, I didn’t call you back : I got it ! » (et autres) « ...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite