Accueil Société

Renseignement: l’accord confidentiel belgo-rwandais était… «trop» secret

Le mémorandum de coopération établi en 2016 entre le service de renseignement militaire belge et son homologue rwandais n’avait reçu aucun aval politique : le gouvernement n’en savait rien. Ecolo-Groen demande son retrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Le 14 octobre 2016, le lieutenant-général Eddy Testelmans, à l’époque patron du service de renseignement militaire belge (le SGRS), et le secrétaire général du Service de renseignement rwandais (le Niss), paraphaient un accord de coopération. Un mémorandum d’entente dont l’existence a été révélée le 7 décembre dernier dans Le Soir. Le patron du Comité R, chargé du contrôle des services de renseignement, avait immédiatement annoncé l’ouverture d’une enquête sur cet accord confidentiel de coopération.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Theys Jos, mercredi 5 août 2020, 23:38

    Il me semble indiqué que Mr Lipszyc rend compte au parlement plutôt qu'à la presse

  • Posté par Andre Georges-marc, mercredi 5 août 2020, 23:18

    Pourquoi devrait-on laisser ces pastèques (vert dehors et extrêmement rouges dedans) qui ne représentent pas 20% de l'électorat , dicter leur position sur des sujets aussi sensibles qui les dépassent évidemment.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs