Accueil Monde Proche-Orient

La détresse à Beyrouth: «Je n’ai déjà plus de travail, maintenant j’ai perdu ma maison»

La ville est sens dessus dessous. Derrière l’abattement des habitants de la capitale libanaise, il y a aussi une colère face à un système politique défaillant.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Au lendemain de l’explosion qui a ravagé Beyrouth, les Libanais sont abattus. Des millions de vies ont été chamboulées, ont basculé en une fraction de seconde. Même ce qui passionnait l’opinion hier – par exemple, de manière désormais quasi anecdotique, le verdict dans le procès de l’assassinat de Hariri est reporté au 18 août – est totalement effacé à cause de la double déflagration.

Assis sur un fauteuil de son salon de coiffure dans le quartier de Geitawi, Joseph Daoud a le regard dans le vide. « J’étais debout juste là à côté du bac de shampoing quand j’ai entendu la première explosion, je suis sorti en courant pour voir et là on a senti la deuxième. On a été soufflés », dit-il en montrant ses blessures, une dizaine de points de sutures sur les bras, la tête, les jambes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs