Accueil Monde

A Hong Kong, le choc de deux logiques

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Comme un boxeur enchaînant sans relâche les frappes contre son adversaire, le pouvoir chinois a, en quelques semaines, mis K-O la fragile et imparfaite démocratie hongkongaise. Depuis son entrée en vigueur le 30 juin, la loi chinoise sur la sécurité nationale, rappelons-le, criminalise à Hong Kong, avec des qualifications floues, la subversion, le séparatisme, le terrorisme et la collusion avec des forces extérieures, et rend la justice chinoise compétente pour les crimes les plus graves.

Dans les jours et semaines qui ont suivi, des citoyens de Hong Kong ont été arrêtés, des candidats aux élections ont été empêchés et, enfin, les élections législatives qui devaient avoir lieu en septembre prochain ont été reportées d’un an. Le prétexte invoqué - l’épidémie de Covid, alors que le virus n’a touché que légèrement l’ex-colonie britannique — dissimule très mal la vraie raison : le refus absolu du pouvoir chinois d’assister à la victoire prochaine de l’opposition pro démocratie.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs