Accueil Culture

Noah Baumbach, un réalisateur qui s’interroge

Le réalisateur américain signe avec « While we’re young » une brillante comédie existentielle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Mine de rien, en huit films (son premier, Kicking and screaming, remonte à 1995), Noah Baumbach s’est imposé comme l’un des réalisateurs les plus inspirés de sa génération. Une sorte de croisement improbable entre Hal Hartley et Woody Allen. Ce qui ne l’empêche pas, comme il l’expliquait récemment au quotidien britannique The Telegraph, d’avoir une affection particulière pour les screwball comedies des années trente et quarante et pour les films qui ont baigné son adolescence comme ceux de Mike Nichols, Sydney Pollack, James L. Brooks et Woody Allen, encore lui. Comme le réalisateur d’Annie Hall, Noah Baumbach, ce fan assumé de Lionel Richie, non content de tourner essentiellement à New York (il est né à Brooklyn), dresse le portrait de jeunes gens et d’adultes si pas en crise, relativement à côté de leurs pompes. En y ajoutant une bonne dose de crise existentielle.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs