Explosions à Beyrouth: le président du Liban évoque «la négligence» ou «un missile»

Le président Aoun avec Emmanuel Macron, mercredi.
Le président Aoun avec Emmanuel Macron, mercredi.

Le président libanais, Michel Aoun, a affirmé vendredi que la terrible explosion au port de Beyrouth était due «soit à la négligence, soit à une intervention extérieure», évoquant l’hypothèse «d’un missile».

«Il est possible que cela ait été causé par la négligence ou par une action extérieure, avec un missile ou une bombe», a déclaré le chef de l’Etat lors d’un entretien avec des journalistes, trois jours après la catastrophe qui a fait plus de 150 morts.

Piste extérieure

C’est la première fois qu’un responsable libanais évoque une piste extérieure dans l’affaire de l’explosion, les autorités affirmant jusqu’à présent qu’elle a été provoquée par un incendie dans un énorme dépôt de nitrate d’ammonium.

Le chef de l’Etat, âgé de 85 ans, a ajouté avoir «personnellement» demandé jeudi au président français Emmanuel Macron qu’il a reçu au palais présidentiel «de nous fournir des images aériennes pour que nous puissions déterminer s’il y avait des avions dans l’espace (aérien) ou des missiles» au moment de l’explosion mardi.

«Si ces images ne sont pas disponibles chez les Français, on demandera a d’autres pays», a ajouté M. Aoun, violemment critiqué par la population qui dénonce l’incompétence des autorités et la corruption.

Outre le nitrate d’ammonium, une substance explosive, le procureur militaire a évoqué la présence de «matériaux hautement inflammables et des mèches lentes» selon un communiqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous