Pourquoi Porsche a-t-il décidé de sortir du diesel?

Porsche est le premier constructeur allemand à renoncer à la technologie diesel, alors même que Volkswagen assure ne pas vouloir y renoncer tout comme ses concurrents BMW ou Daimler.
 
Chez Volkswagen, le conseil de surveillance a jugé l’affaire suffisamment importante pour convoquer ses membres à une réunion exceptionnelle, ce mercredi. © AFP.
Ils sont nombreux à vouloir la peau du diesel ou plutôt son pot d’échappement qui voit passer trop d’oxydes d’azote (NOx) et autres particules fines...©Reporters / DPA
© AFP.
En Belgique, la procédure de rappel concernait quelque 315.000 véhicules.
Après VW, c’est Renault qui est soupçonné de trucage.
Kathleen Van Brempt (sp.a)
: «
très très fière
» du travail accompli.

Invalid Scald ID.

© D.R.

Invalid Scald ID.

Invalid Scald ID.

d-20160226-G65ERY 2016-02-26 09:38:15
Rien qu’en Belgique, 400.000 véhicules sont concernés par la fraude au diesel.
Matthias Müller. © Reuters
La Nissan Qashqai est l’un des véhicules gravement épinglés par l’étude wallonne. © D.R.
Le meilleur élève de la classe est la Chevrolet Camaro Cabriolet 6.2 V8.
Ces révélations de CEO n’ont pas manqué d’inquiéter une partie des députés européens. © Reporters / DPA
Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite