Accueil Société

Blankenberge: pourquoi limiter l’accès au littoral est conforme au droit

Suite aux incidents de samedi et redoutant une trop grande affluence en raison de la canicule, la bourgmestre de Blankenberge a interdit les visiteurs d’un jour, ce dimanche, dans sa commune. Elle peut le faire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Limiter, voire interdire l’accès aux touristes d’un jour à des communes du littoral, est-ce bien légal ? Après tout, comme le rappelle Sébastien Van Drooghenbroeck, professeur de droit constitutionnel à l’Université Saint-Louis (Bruxelles), « la liberté d’aller et venir est garantie par l’article 12 de la Constitution belge et par l’article 2 du quatrième protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l’Homme ». Mais cette liberté de se déplacer sur le territoire et de séjourner sur le lieu de son choix « n’est pas absolue », nuance l’expert.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Jordan Chantal, lundi 10 août 2020, 10:48

    Être conforme au droit ne veut rien dire. Encore faut-il examiner la proportionnalité et l’aspect non-discriminatoire de la mesure prise. Combien de fois faudra-t-il encore rappeler que les mesures discriminatoires prises contre les juifs à partir des années 30 étaient aussi conformes au droit. Ici on fait de l’apartheid social et vous osez un titre qui le justifie. Consternant.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 9 août 2020, 23:34

    1. Je ne comprends toujours pas vraiment le plaisir de s'agglutiner dans des lieux de concentrations de masse comme les plages. Je suis sans doute trop "élitiste". Mais où est le bon sens? 2. En cette période, les précautions, aussi astreignantes soient elles, valent peut-être la peine d'être un tant soi peu prudents. 3. Qu'est ce que c'est que ce connard (cette fois c'est fidelia macron), sous divers pseudos, qui nous martèle le message ci-dessous systématiquement dans toutes les rubriques? Le Soir n'a donc aucun filtre? 4. Je ne comprends pas non plus l'illustration que le Soir nous impose à chaque article consacré au sujet avec une vidéo sans intérêt d'une policière qui saute dans une camionnette avec deux "life-guards" qui courent derrière. À quoi ça rime?

  • Posté par Quadflieg Laurent, dimanche 9 août 2020, 22:54

    Cette analyse est complètement fausse! Si il y a des troubles au maintien de l'ordre, les mesures doivent cibler les fauteurs de troubles ou ceux qui sont impliqués d'une manière ou d'une autre dans ces troubles. En matière de santé public c'est la même chose. Or ce ne sont pas les touristes d'un jour qui génèrent ce risque ni qui provoquent des troubles. Ceux qui provoques ces deux faits sont ceux qui ne respectent pas les règlements de police et autres (port du masque et distance). Il y a donc ici, de fait, un traitement DISCRIMINATOIRE envers une catégorie socio-économique (les touristes d'un jour). "On aurait pu admettre" un un blocage complet de l'entrée dans la commune, mais pas un ciblage, et surtout pas envers un groupe qui ne pose pas de problèmes intrinsèquement. En lisant cet article on a un sentiment déplaisant d'un travail journalistique dirigé pour s'être référé à l'opinions de quidams. On en attendait plus! Si on avait poser la ? à des avocat affilié au Vlaams Block, ils nous auraient sans doute justifié des interdictions d'accès à des gens de couleur, des roux, voir des gens en surpoids... je suppose qu'alors il eût été évident, même pour les rédacteurs, que ceci était en tout point un abus de droit, et une violation de ce dernier pour des motifs étrangers aux effets sensés être combattus.

  • Posté par Peeters P, dimanche 9 août 2020, 19:42

    Il a bon dos le COVID, n'oublions pas que la fameuse pandémie COVID19 est bénigne pour plus de 80% de la population par contre les abus sanitaires et judiciaires envers la population sont à 100%.

  • Posté par Raspe Eric, lundi 10 août 2020, 7:25

    Et Peeters fait quoi des 20% (c'est pas rien) pour qui cette maladie n'est pas bénigne?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs