Accueil Société

Plácido Domingo: «Je ne suis pas le Harvey Weinstein de la musique lyrique»

Pour la première fois, le ténor revient sur les accusations de harcèlement dont il fait l’objet et sur les conséquences pour sa carrière et sa vie privée. « Ceux qui me connaissent savent que le mot “abus” ne fait pas partie de mon vocabulaire. »

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 15 min

Cette journée a tout d’une journée ordinaire, toute la famille est réunie dans le grand salon de la villa d’Acapulco. Durant notre entretien via Zoom, Marta se déplace avec désinvolture dans la pièce, tandis que son fils Álvaro est assis non loin de là, le visage à moitié caché par un masque chirurgical. Plácido Domingo, 79 ans, ténor – et plus récemment baryton et chef d’orchestre –, fondateur du concours de chant lyrique Operalia et membre phare des Trois Ténors (avec Luciano Pavarotti et José Carreras), est assis à un bureau stratégiquement positionné au centre de la pièce. Il n’a rien perdu du panache qui le caractérise, un gladiateur de la musique lyrique condamné à vivre une annus horribilis à l’aube de ses 80 ans, après une carrière exaltante.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Rozent Eva, lundi 10 août 2020, 16:59

    Comment peut-on s'acharner ainsi contre ce merveilleux PLACIDO DOMINGO J'ai toujours fort apprécié ce merveilleux Ténor. je ne crois absolument pa à tous ces racontars et médisances. C'est une espèce de mode actuellement de blasph&mer ce genre de reproches sexuells envers des personnages importants. JE ME TROMPE PEUT_ËTRE, mais d'instinct, je ne veux pas y croire? Alors tant pis pour moi. Mais mon cHer PLACIDO, jereste votre admiratrice la pLus fervente. ANTILOPE14

  • Posté par Rozent Eva, lundi 10 août 2020, 16:59

    Comment peut-on s'acharner ainsi contre ce merveilleux PLACIDO DOMINGO J'ai toujours fort apprécié ce merveilleux Ténor. je ne crois absolument pa à tous ces racontars et médisances. C'est une espèce de mode actuellement de blasph&mer ce genre de reproches sexuells envers des personnages importants. JE ME TROMPE PEUT_ËTRE, mais d'instinct, je ne veux pas y croire? Alors tant pis pour moi. Mais mon cHer PLACIDO, jereste votre admiratrice la pLus fervente. ANTILOPE14

  • Posté par Andre Georges-marc, lundi 10 août 2020, 14:11

    J'oubliais. "Le Soir" qui dit contrôler les commentaires de tous, devrait évidemment éliminer toute tentative d'utiliser les commentaires à des fins publicitaires.

  • Posté par Andre Georges-marc, lundi 10 août 2020, 13:08

    Merci au "Soir" de publier cette réaction du ténor. Notre monde devient fou. On permet à certains/certaines de lancer des accusations dans les médias sans que la justice se soit prononcée. Honte aux médias qui, d'une certaine manière, autorisent certains à condamner sans preuve, sans enquête. En voulant condamner les abus, ce qui est bien compréhensible, "Me too" a ouvert la porte à quantité d'autres abus. Quand remettrons-nous l'église au milieu du village?

  • Posté par Clanis Claude, dimanche 9 août 2020, 23:27

    Avec ce genre d'abus, LE SOIR va-t'il être contraint de supprimer la possibilité de commenter ses articles ? Une chose est sûre : Voilà une firme à fuir, sans respect ni scrupules qui démontre ici sa malhonnêteté !! Un MODERATEUR SVP !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs